09 oct 2019 | Actu Numérique

1. Parlez-moi de votre projet d’immigration?

LA question typique du début. Formelle ou informelle, utilisant le « tu » ou le « vous », le recruteur ou le chef d’entreprise qui vous rencontre veut savoir. Le recrutement international engendrant des coûts supplémentaires à un recrutement local (l’entreprise se charge des frais des papiers d’immigration) et des délais, l’entreprise canadienne qui recrute veut savoir si votre projet est sérieux. Vous êtes-vous réveillé un matin en vous disant : « j’ai eu une révélation cette nuit, je vais au Canada! » Ou vous réfléchissez depuis un moment à votre projet d’immigration professionnelle? Que savez-vous du Québec ou du Canada à part le nom de l’actuel premier ministre? Qu’avez-vous planifié, lu, vu ou entendu par des amis jusqu’à maintenant? Avez-vous des amis qui y habitent déjà? L’entreprise veut ici choisir des gens qui ont vraiment envie de faire ce saut afin d’éviter que du temps et de l’argent soit investis pour rien. Normal!
 

2. Le savoir-quoi!? Savoir-être!

Mais qu’est-ce que le savoir-être? C’est ici tout ce qui n’a pas a trait à vos compétences plus techniques : votre personnalité, votre façon d’entrer en contact, vos capacités relationnelles. D’une importance CAPITALE ici. Au-delà même de vos diplômes ou de l’école dans laquelle vous l’avez obtenue, bien communiquer en entretien d’embauche peut vous valoir une offre d’emploi! Aussi simple que ça. Il s’agit d’être pertinent(e) dans ses interventions et de démontrer vos compétences, tout en souriant, en utilisant un ton informel et peut-être même en mentionnant vos passions. Un habile mélange! Le recruteur ou le chef d’entreprise veut ici valider que vous vous intégrerez bien à l’équipe en place, que vos valeurs et celles de l’entreprise sont alignées. J’entends même de plus en plus d’entreprises qui disent choisir des « personnalités » et non plus des profils ciblés. Et ce point, fréquemment sous-estimé, est absolument clé!

 

3. Que savez-vous faire? Quelles sont vos compétences?

Oui, oui. Il est certain que vos expériences professionnelles et les compétences techniques développées seront considérées, voire même évaluées. En IT, il se pourrait que vous ayez à passer par des tests techniques afin de voir si votre niveau correspond à ce qui est recherché. Il est bien sûr important d’avoir regardé son CV et d’avoir fait un bilan professionnel pour être capable de bien expliquer vos compétences-clés, vos forces et votre cheminement. A ce titre, on cherchera à savoir vers ou vous voulez orienter votre carrière : voulez-vous continuer à développer en .NET car vous adorez construire, ou vous aspirez à être team lead? Dans quel délai? Il est important d’être le plus honnête possible pour que vous et l’entreprise soyez à terme, tous les deux heureux!

 

4. Vos attentes salariales!

Et bien oui, il faudra parler salaire un jour! Peut-être que cette question ne viendra pas lors du premier entretien, elle peut être posée à la toute fin seulement d’un processus qui peut durer de 1 à 4 entretiens environ. Il est certain que de regarder des offres d’emploi canadiennes qui correspondent à votre profil et à vos années d’expérience, ou de demander conseil à un professionnel du milieu ou du recrutement IT au Canada peut vous aider à y voir plus clair. Afin de conserver votre niveau de vie, il est important aussi de calculer en fonction des taux d’imposition et surtout, de ne pas se fier uniquement la conversion entre l’euro et le dollar canadien. Il est important de prendre en considération le coût de la vie et… les salaires du marché!

 

Article écrit par Catherine Plasse-Ferland, spécialiste Recrutement et mobilité internationale