29 aoû 2019 | Actu Numérique
Cooptation, cohésion, teambuilding, … dans le milieu
professionnel actuel, et sans doute davantage dans
l’IT, il est normal voire indispensable de créer une
ambiance conviviale et de chercher à bien s’entendre
avec ses collègues.
 
Une étude réalisée en 2013 par OpinionWay indique
que 93% des Français estiment que l’entreprise est
un lieu où l’on se fait facilement des amis. Même 65%
des salariés se font des amis parmi leurs clients ou
leurs fournisseurs….
 
Pourtant, certains pensent qu’on ne vient pas au
boulot pour se faire des copains car trop s’exposer,
être trop soi-même, est un signe de faiblesse et peut
se retourner contre soi.
 

Alors, devons-nous nous travestir pour bien faire le job ?

Back to Basics comme disait un de mes anciens collègues : c’est quoi la définition de l’amitié ?

Notre ami Larousse nous éclaire et nous renvoie vers un « sentiment d’affection entre deux personnes ; un attachement, une sympathie qu’une personne témoigne à une autre ». Plus loin, on la définit comme « bienveillance, gentillesse, courtoisie chaleureuse manifestées dans les relations sociales, privées, mondaines ; plus loin encore comme « relations entre collectivités fondées sur le bon voisinage, la bonne entente, la collaboration ; exemple : Conclure un traité d’amitié ».

Soyons rationnels, on passe quand même un morceau de temps dans notre travail.

Des histoires merveilleuses se créent au bureau, dans l’émulation d’un dossier, d’une création d’entreprise, lors de moments de pause ou de séminaire d’entreprise.

La complicité nait autour de projets professionnels. L’humour et l’entraide favorisent naturellement à forger les bases d’une relation pérenne en équipe.

Ce qui semble souvent revenir est la notion d’équipe car d’une certaine manière, elle renvoie à un rapport d’égalité. Ça devient plus délicat quand le rapport hiérarchique s’en mêle….

 

Votre manager peut-il être votre pote ?

Les choses se compliquent dès qu’il s’agit d’aborder des sujets sensibles : une tentative échouée de négociation de salaire, un aménagement de votre temps de travail qui ne correspond pas à une équité vis-à-vis du reste de l’équipe… ; n’oublions pas aussi que votre manager est un peu comme un Premier Ministre : il applique la politique du Chef de l’Etat et fait parfois office de fusible d’ailleurs… Bref, votre manager se voit parfois dans l’obligation d’appliquer une décision avec laquelle il n’est pas toujours 100% en phase, et qui ne va pas dans votre sens.

 

L’intérêt de l’entreprise prime sur l’intérêt individuel….

Et que dire quand les sentiments amoureux s’en mêlent ???? Coup de foudre à la Machine à café !

Selon une enquête de Careerbuilder de 2012, 44% des salariés admettent avoir eu une aventure au cours de leur carrière avec un ou une collègue... ça vous en bouche un coin comme dirait l’autre ! Et pour piquer certains, je citerai le poète Philippe SOUPAULT : « le principal ennemi de l’amitié, ce n’est pas l’amour, c’est l’ambition ».

Il n’y a pas de sens unique dans ce rapport hiérarchique. Après tout, votre manager peut être aussi votre ami. Mais là encore, « le copinage » rend l’autorité difficile à exercer. Le manager peut-il et doit-il aborder d’éventuelles faiblesses professionnelles sans vous blesser ? A contrario, si vous avez brillé dans votre travail, se voir accorder une promotion ou une augmentation peut être perçue comme du favoritisme pour les autres membres de l’équipe…. Pas simple.

L’étude citée plus haut révèle aussi que seuls 43% des salariés créés des liens d’amitié auprès de leurs supérieurs hiérarchiques.

De plus en plus d’entreprises cherchent de nouveaux modèles d’organisation et de management. A juste titre sans doute, le « management à l’ancienne » n’a plus tellement la cote. Les rapports sociaux, les codes évoluent. Dans le marché de l’emploi actuel, et entre autres dans le numérique, les entreprises reconsidèrent leur modèle afin de favoriser l’engagement, la fidélisation de leurs collaborateurs.

En tant que recruteur, je constate que les candidats regardent bien souvent d’un œil perplexe voire médusé une organisation d’entreprise dite pyramidale ;  ils craignent une entrave à la prise d’initiative, un frein à la prise en compte de leur souhait d’évolution de carrière.

Certaines entreprises prônent un management « flat », d’autres mettent en place de nouveaux modèles tels que l’holacratie…. Alors, réalité ou désillusion ?

Aujourd’hui, les gens ont plus que jamais besoin de bien-être au travail et de se sentir d’un environnement sécurisant. L’ambiance sur le lieu de travail, la recherche de sens et l’adéquation vie pro/vie perso sont désormais des critères primordiaux pour les candidats. Nous le rappelions dans la conférence d’Externatic au Web2Day : Voir la vidéo

Pas facile donc d’établir la frontière entre relations professionnelles et liens d’amitiés, (et plus si affinité) dans le contexte actuel pour favoriser l’authenticité et l’efficacité des équipes.

Dans tous les cas, l’on constate bien que la définition de l’amitié renvoie bien à une notion d’équité.

Si les barrières semblent décloisonnées entre collègues, force est de constater que la situation devient plus périlleuse dès lors qu’un rapport de hiérarchie s’installe.

Dans tous les cas, le respect reste le Maitre Mot et appellera à une relation professionnelle sereine. L’ambiance sera bonne… et les relations amicales favorisées.

Article écrit par Eleonore BOCQUET, consultante en recrutement @ Externatic