Les attentes des candidats en 2021

Partager :

Les attentes des candidats en 2021

Qu’est-ce qui motive les candidats à postuler à une offre d’emploi ? À choisir ce poste plutôt que l’autre ? À l’heure où ces derniers sont très (voire sur)sollicités, il est important de comprendre leurs attentes et ce qui motive leurs décisions. Au début de l’été 2021, l’équipe d’externatic a publié un sondage. Avec celui-ci, nous cherchions à comprendre le comportement des candidats lors de leur recherche d’emploi : leurs motivations, attentes et préférences… Après avoir recueilli plus de 270 réponses, il est temps de vous partager une première analyse.

vcvc

Consulter les résultats

Soigner sa présence digitale

Infographie réalisée par externatic

Aujourd’hui, la majorité de la recherche d’emploi se fait sur internet et les outils d’aide à la recherche continuent de se multiplier. 93 % des candidats disent utiliser LinkedIn et 58 % les jobboards. 51 % disent aussi faire appel à un cabinet de recrutement.

Il apparaît alors essentiel pour toute entreprise qui recrute de soigner ses informations disponibles en ligne (réseaux sociaux, jobboards, site internet…). Cela d’autant plus que 95 % des candidats consultent le site de l’entreprise avant un entretien, et 33 % vont voir les réseaux sociaux.

Soigner sa réputation

Infographie réalisée par externatic

56 % des candidats consultent leur réseau avant un entretien pour connaître davantage l’entreprise, et 51 % consultent les sites d’avis RH type Glassdoor. La e-réputation d’un employeur devient clé dans sa capacité à attirer et transformer une candidature. Il faut donc rester en veille sur ce qui se dit à propos de son entreprise et mettre en place des plans d’actions en pro-action ou réaction. 

Le télétravail

Infographie réalisée par externatic

Comme on peut s’y attendre, les habitudes prises depuis le début de la crise sanitaire perdurent. La possibilité de télétravailler est le deuxième élément le plus important lorsqu’un candidat cherche un emploi, juste derrière le salaire ! D’ailleurs, le format de télétravail le plus plébiscité est une solution hybride (2/3j par semaine) à 60 %. Près de 18 % sont même favorables à un télétravail complet, preuve que le travail au bureau peut devenir un élément secondaire voire sans intérêt dans le choix de certains candidats. Si la possibilité de travailler depuis chez soi est devenue un avantage, à l’inverse, l’impossibilité de télétravailler s’est maintenant transformée en frein pour de nombreux candidats, particulièrement dans l’IT.

Comment construire sa fiche de poste ?

Infographie réalisée par externatic

Lorsqu’un candidat consulte une offre ou discute avec un recruteur, il faut savoir quels éléments mettre en avant. Voici nos conseils basés sur les réponses recueillies dans l’enquête.

Parler argent

Le salaire est l’élément le plus cité dans les réponses et constitue un critère central de choix lors d’une prise de poste. Il ne faut pas hésiter à briser le tabou qui peut parfois exister sur ce sujet. En l’abordant rapidement et facilement, on libère l’échange avec le candidat et on peut aborder sereinement les autres aspects de l’offre. 

Pas seulement un poste, mais une vision

Les résultats nous montrent que les candidats ont des attentes assez similaires sur des sujets aussi variés que la diversité des missions, les possibilités d’évolution, l’activité de l’entreprise, sa culture, la flexibilité des horaires et les avantages (dans cet ordre, de la 3e à la 8e position). On voit ici qu’une offre ou un poste n’est pas qu’un simple job dans l’esprit du candidat, mais un élément plus complexe prenant en compte plusieurs facteurs. Il est important de présenter un maximum d’informations pour lui permettre de se projeter dans le poste. C’est cette vision complète et transparente autour d’une opportunité qui vous permettra de vous différencier.

Être clair et complet

Quel est l’avenir de l’entreprise ? Comment l’ambiance est-elle en interne ? Peut-il aménager son travail ? Quelles sont les spécificités du produit ?

Toutes ces questions doivent trouver une réponse dans la fiche de poste ou dès le premier échange avec le candidat.

Replaçons l’humain dans le recrutement

Les réponses sont éloquentes : lors du process de recrutement, les attentes des candidats se portent sur des échanges “humains” et “bienveillants”.

La recherche d’emploi, un process déjà difficile

Les 4 premiers éléments cités qui font un bon process de recrutement sont, dans l’ordre : “la transparence”, “l’échange avec les équipes”, “la bienveillance” et “l’écoute”. La recherche d’emploi est souvent une épreuve difficile et stressante, les candidats attendent de leur recruteur qu’il puisse faire preuve d’empathie pour construire un échange sain. Que le process débouche sur une embauche ou non, le dialogue laissera une marque positive.

Gagnant-gagnant 

Ce que les répondants reprochent en premier dans leurs expériences de recrutement sont le “manque d’humain”, “d’empathie” et de “clarté du poste” (en 1e et 3e position). Certains candidats sont marqués par des expériences avec des “recruteurs antipathiques, qui cherchent à piéger la personne en face de lui en trouvant sa moindre faiblesse”.

Qu’est-ce qu’un bon process de recrutement ?

Infographie réalisée par externatic

Quels sont les éléments à éviter et ceux à privilégier ? Grâce aux réponses du questionnaire, nous avons pu déterminer, en partant des attentes des candidats, ce qui fait un bon process de recrutement. 

De l’échange et de l’empathie 

Un recrutement, c’est d’abord une rencontre, il faut qu’il y ait un vrai échange entre les deux parties. C’est même le deuxième élément le plus cité après la transparence par les candidats : “l’échange avec les équipes”

Ensuite, pas de langue de bois, car on voit ressortir un besoin de « transparence » dans le process. C’est la réponse la plus citée pour définir un bon processus de recrutement. Que ce soit à propos du poste, de l’entreprise, des conditions de travail, il faut jouer cartes sur table pour ne pas générer de frustrations. 

Enfin, en 3e et 4e position, ce sont “la bienveillance” et “l’écoute” qui ressortent. Le process est bien un échange humain et il faut traiter comme tel son interlocuteur. 

Pas trop long 

L’élément qu’aime le moins le candidat, en second après le “manque d’humain et d’empathie”, c’est un “process trop long”. Même si le poste lui plaît, il n’a malheureusement pas tout le temps du monde. Un processus qui tire trop en longueur et contient trop d’étapes devient néfaste pour l’expérience candidat. 

Tout d’abord, il peut être frustré et moins aimer le poste ou l’entreprise, en imaginant que si l’embauche est si longue, la prise de décision peut être complexe dans l’entreprise.  Il ne faut également pas oublier qu’un candidat est souvent sur plusieurs fronts à la fois. Il peut facilement accepter une autre proposition d’une entreprise qui aura été plus rapide. 

Mais surtout, il est important (voire primordial) de répondre au candidat ! Que la réponse soit positive ou négative, le candidat est frustré par le manque de réponse.

Pas trop de tests

Enfin, même si ça parait indispensable, trop de tests ou des tests trop longs ne sont pas appréciés. La réponse est la quatrième la plus citée par les répondants. C’est souvent essentiel pour les entreprises, mais ils apparaissent comme une contrainte pour les candidats d’autant plus qu’ils ne permettent pas de challenger une candidature dans son intégralité.

Le mot de la fin

Nous constatons au quotidien les évolutions du marché du travail. Il est important de comprendre les personnes en face de nous pour mieux appréhender les recrutements.

Benjamin CASSERON – consultant en recrutement