Une crise est-elle à venir dans l’IT ?

Partager :

Une crise est-elle à venir dans l’IT ?

Guerre en Ukraine, Chine au ralenti et inflation restent les sujets du moment et laisse entrevoir une potentielle crise dans les mois à venir… Mais qu’en est-il du secteur informatique souvent décorrélé, des projets de recrutements et des rémunérations ?

crise dans l'IT

Un Secteur IT structurellement en croissance

Le secteur informatique a connu plusieurs crises ses 30 dernières années. En 1993 en lien avec la guerre en Irak, 2001 liée aux télécoms ou 2008 liée à la finance. 

Néanmoins, ce marché est structurellement en forte croissance et ceci est encore plus vrai ces dernières années. La transformation numérique dont on entend parler depuis 2015 n’est qu’à ses débuts en terme d’implémentation concrète. La cloudification, la data, l’IA sont encore souvent des sujets en gestation au sein des entreprises. Ces projets nécessitent et nécessiteront encore de nombreuses ressources et compétences dans les 3 à 4 prochaines années, impliquant un niveau de recrutement encore élevé.

Des ambitions plus mesurées en termes de recrutements et budget IT

La libération post covid et la simultanéité de la reprise au niveau mondiale ont généré une accélération de la croissance quasi jamais vue. Ceci a ainsi générer une certaine euphorie sur les budgets d’investissements, notamment pour le secteur IT qui a tiré son épingle du jeu en démontrant sa valeur ajoutée lors du Covid.

Une très large majorité des entreprises ont donc lancé en même temps des grands projets auxquels étaient attachés des plans de recrutements souvent conséquents (trop ?). Le marché de l’emploi IT, déjà en tension, a donc subi une “surtension” lié à la forte demande simultanée en termes de ressources et compétences.

Au bilan à T+1 an, les difficultés de recrutement ont finalement souvent empêché les atteintes des objectifs prévus dans les plans de croissance initiaux. Les premières informations récoltées sur les budgets 2023 actuellement en cours de définition laissent à penser à une vision moins ambitieuse à la vue du contexte géopolitique mais également plus réaliste face aux tensions en recrutement. Toutefois ces budgets semblent rester conséquents pour faire face aux enjeux du numérique. Nous pourrions donc voir non pas une décroissance mais plutôt un ralentissement de la croissance des créations de nouveaux postes afin de s’adapter au marché et à la capacité réelle des entreprises à recruter des talents. 

D’autre part, si les recrutements de nouveaux postes tendaient à diminuer, il ne serait sans doute pas de même pour le turnover, qui lui, risque d’être soutenu pour les raisons évoquées ultérieurement dans cet article  (salaires…). Les premières tendances communiquées par les services RH laissent à penser qu’une partie conséquente des recrutements prévus sera dédiée à des remplacements. L’addition d’une croissance raisonnable des nouveaux postes associée à un turnover important engendreront sans doute un niveau encore important des recrutements sur l’année 2023.

En résumé, nous passerions d’une surtension à une tension, mais pas encore à une crise du recrutement ! 

Finie l’inflation sur les salaires dans l’IT ?

Même s’il devait y avoir un ralentissement à venir, les niveaux de recrutements IT restent importants pour faire face aux enjeux.  La tension devrait rester donc présente tellement le déficit entre l’offre et la demande est importante.

Mais un autre élément rentre dans l’équation de l’inflation salariale : le turnover !

Cette dernière année a été particulièrement notable en terme d’inflation salariale et a fortement attaqué la cohérence des grilles salariales des entreprises. Vous pouvez vous en rendre compte en consultant notre grille des salaires 2022. Ceci n’est pas sans conséquence et génère déjà des départs de collaborateurs pour des raisons pécuniaires. Recruter Paul au marché à 50K€ alors que Pierre, plus expérimenté et avec 5 ans d’augmentation dans l’entreprise est à 45k€ devient difficile à gérer pour les directions RH. Si Pierre quitte l’entreprise, il demandera plus de 50K à sa prochaine entreprise et c’est ainsi que peut se mettre en place un tourbillon ou effet venturi des rémunérations !

Enfin, l’inflation liée à des raisons structurelles au marché de l’emploi IT que nous évoquons dans notre analyse du marché de l’IT en 2022 sont toujours d’actualité : développement du remote, rattrapage salariale des fonctions IT, volume de nouveaux entrants insuffisants… Même si la tension en recrutement diminue de par un éventuel ralentissement, il est probable que l’inflation des rémunérations soit encore d’actualité dans les mois à venir et pourrait progressivement ralentir par la suite, une fois l’effet venturi passé.

Hypothèse pour l’année 2023 

Les économistes (qui se sont souvent trompés) émettent des hypothèses parfois discordantes mais qui convergent généralement vers une “crise modérée” ou ponctuelle et parle plus souvent d’un ralentissement de l’économie avec une reprise au 2ème semestre. Vu l’impact limité sur le secteur de l’IT on peut imaginer que nous connaissions donc un léger trou d’air sans commune mesure avec les crises de 2001 ou 2008. Pour rappel, certains débutants ont mis parfois plus de 2 ans à trouver leur 1er emploi alors que nous sommes parfois aujourd’hui sur la base de la semaine !

Face à cet optimisme mesuré sur le secteur IT, nous devons rester néanmoins humbles et vigilants car nous ne sommes pas à l’abri d’un élément exceptionnel se rajoutant au contexte qui annihilerait toutes ses hypothèses !

Découvrez nos offres d’emplois IT !