Nouveau consultant en recrutement externatic : Ruben BARACCHINI

Nouveau consultant en recrutement externatic : Ruben BARACCHINI

Externatic accueille dans son équipe un nouveau consultant en recrutement sur la région de Bordeaux: Ruben Baracchini. Apprenez à le connaître à travers cette interview !

Ruben Baracchini, nouveau consultant en recrutement chez externatic

Hello Ruben, comment vas-tu ?

Pour l’instant, tout va bien ! 🙂

Peux-tu me raconter ton parcours ?

Alors, au tout début de mes études, je ne savais pas encore ce que je voulais faire, j’avais un profil assez généraliste et on m’avait notamment plusieurs fois remarqué pour mes qualités relationnelles. Alors j’ai opté pour un bac pro commerce, ce qui me correspondait finalement très bien. 

J’ai ensuite souhaité continuer avec un BTS relations et négociations clients, puis sur ma lancée, j’ai fait un Bachelor Responsable de développement commercial. Enfin, j’ai terminé avec un Master d’Ingénierie d’affaires que je viens tout juste de valider.

Pendant tout ce cursus, j’ai pu évoluer au sein de différentes entreprises et faire mes premières armes dans le commerce grâce à l’alternance.

Après tout ça, qu’est-ce qui t’a donné envie de rejoindre Externatic ?

Tout d’abord, je souhaitais changer de vie. Je suis né à Paris, et j’y ai vécu la majeure partie de ma vie. Aujourd’hui, j’ai envie de plage et de soleil, alors Bordeaux m’a semblé être une bonne option !  

Une fois le choix de la ville fait, j’ai eu plusieurs opportunités qui s’offraient à moi, et j’ai finalement choisi Externatic très naturellement, pour l’humain. J’ai perçu dès les premiers entretiens que l’Humain faisait partie de l’ADN de la boîte. J’ai également adoré la liberté qu’offre Externatic par son organisation holacratique qui matche parfaitement avec mes besoins de liberté, d’autonomie et mon envie de créer de nouvelles choses.

Et qu’aimes-tu faire en dehors de ta vie professionnelle ?

J’aime par-dessus tout faire du piano. C’est pour moi un moment essentiel pour me ressourcer. C’est aussi un vrai exutoire qui me permet de satisfaire mon besoin de créer au fil de mes émotions. 

Et j’adore également danser ! Bachata, Salsa, j’en fais depuis tout petit. J’ai commencé par la salsa cubaine au collège grâce à sa mère et je n’ai jamais arrêté depuis.

Peux-tu nous parler de cet objet sur ta photo ?

C’est une enceinte. À la base, je voulais prendre un piano, mais ça ne rentrait pas dans le train… J’ai donc choisi l’enceinte comme symbolique et pour incarner mon goût pour la musique. Elle a une grande importance dans ma vie. C’est pour moi, le reflet de mes humeurs et c’est ce qui me donne de l’énergie chaque jour. J’aime particulièrement la musique brésilienne à l’instar de Pais Tropical d’Ivete Sangalo. 

Si tu devais te décrire en 3 mots, lesquels choisirais-tu ?

Joyeux, parce que j’adore la vie, blagueur, parce que j’adore rigoler ! Et danseur, pas besoin de rappeler pourquoi..

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin ?

Déjà, le soleil ! C’est pour ça que je suis venu à Bordeaux. Ensuite, l’envie de prendre du plaisir dans chaque moment de ma vie !

Pour finir, si tu pouvais dîner avec une personne dans le monde, qui choisirais-tu ?

David Laroche. Je l’ai découvert quand j’étais très jeune, il était aussi plus jeune et je me suis énormément identifié à lui à ce moment-là, il incarnait vraiment un modèle de réussite qui résonnait en moi. Et en deuxième choix, David Lefrançois (Coach et neuroscientifique) que je trouve très lumineux !

Découvrez nos offres d’emploi !

Une crise est-elle à venir dans l’IT ?

Une crise est-elle à venir dans l’IT ?

Guerre en Ukraine, Chine au ralenti et inflation restent les sujets du moment et laisse entrevoir une potentielle crise dans les mois à venir… Mais qu’en est-il du secteur informatique souvent décorrélé, des projets de recrutements et des rémunérations ?

crise dans l'IT

Un Secteur IT structurellement en croissance

Le secteur informatique a connu plusieurs crises ses 30 dernières années. En 1993 en lien avec la guerre en Irak, 2001 liée aux télécoms ou 2008 liée à la finance. 

Néanmoins, ce marché est structurellement en forte croissance et ceci est encore plus vrai ces dernières années. La transformation numérique dont on entend parler depuis 2015 n’est qu’à ses débuts en terme d’implémentation concrète. La cloudification, la data, l’IA sont encore souvent des sujets en gestation au sein des entreprises. Ces projets nécessitent et nécessiteront encore de nombreuses ressources et compétences dans les 3 à 4 prochaines années, impliquant un niveau de recrutement encore élevé.

Des ambitions plus mesurées en termes de recrutements et budget IT

La libération post covid et la simultanéité de la reprise au niveau mondiale ont généré une accélération de la croissance quasi jamais vue. Ceci a ainsi générer une certaine euphorie sur les budgets d’investissements, notamment pour le secteur IT qui a tiré son épingle du jeu en démontrant sa valeur ajoutée lors du Covid.

Une très large majorité des entreprises ont donc lancé en même temps des grands projets auxquels étaient attachés des plans de recrutements souvent conséquents (trop ?). Le marché de l’emploi IT, déjà en tension, a donc subi une “surtension” lié à la forte demande simultanée en termes de ressources et compétences.

Au bilan à T+1 an, les difficultés de recrutement ont finalement souvent empêché les atteintes des objectifs prévus dans les plans de croissance initiaux. Les premières informations récoltées sur les budgets 2023 actuellement en cours de définition laissent à penser à une vision moins ambitieuse à la vue du contexte géopolitique mais également plus réaliste face aux tensions en recrutement. Toutefois ces budgets semblent rester conséquents pour faire face aux enjeux du numérique. Nous pourrions donc voir non pas une décroissance mais plutôt un ralentissement de la croissance des créations de nouveaux postes afin de s’adapter au marché et à la capacité réelle des entreprises à recruter des talents. 

D’autre part, si les recrutements de nouveaux postes tendaient à diminuer, il ne serait sans doute pas de même pour le turnover, qui lui, risque d’être soutenu pour les raisons évoquées ultérieurement dans cet article  (salaires…). Les premières tendances communiquées par les services RH laissent à penser qu’une partie conséquente des recrutements prévus sera dédiée à des remplacements. L’addition d’une croissance raisonnable des nouveaux postes associée à un turnover important engendreront sans doute un niveau encore important des recrutements sur l’année 2023.

En résumé, nous passerions d’une surtension à une tension, mais pas encore à une crise du recrutement ! 

Finie l’inflation sur les salaires dans l’IT ?

Même s’il devait y avoir un ralentissement à venir, les niveaux de recrutements IT restent importants pour faire face aux enjeux.  La tension devrait rester donc présente tellement le déficit entre l’offre et la demande est importante.

Mais un autre élément rentre dans l’équation de l’inflation salariale : le turnover !

Cette dernière année a été particulièrement notable en terme d’inflation salariale et a fortement attaqué la cohérence des grilles salariales des entreprises. Vous pouvez vous en rendre compte en consultant notre grille des salaires 2022. Ceci n’est pas sans conséquence et génère déjà des départs de collaborateurs pour des raisons pécuniaires. Recruter Paul au marché à 50K€ alors que Pierre, plus expérimenté et avec 5 ans d’augmentation dans l’entreprise est à 45k€ devient difficile à gérer pour les directions RH. Si Pierre quitte l’entreprise, il demandera plus de 50K à sa prochaine entreprise et c’est ainsi que peut se mettre en place un tourbillon ou effet venturi des rémunérations !

Enfin, l’inflation liée à des raisons structurelles au marché de l’emploi IT que nous évoquons dans notre analyse du marché de l’IT en 2022 sont toujours d’actualité : développement du remote, rattrapage salariale des fonctions IT, volume de nouveaux entrants insuffisants… Même si la tension en recrutement diminue de par un éventuel ralentissement, il est probable que l’inflation des rémunérations soit encore d’actualité dans les mois à venir et pourrait progressivement ralentir par la suite, une fois l’effet venturi passé.

Hypothèse pour l’année 2023 

Les économistes (qui se sont souvent trompés) émettent des hypothèses parfois discordantes mais qui convergent généralement vers une “crise modérée” ou ponctuelle et parle plus souvent d’un ralentissement de l’économie avec une reprise au 2ème semestre. Vu l’impact limité sur le secteur de l’IT on peut imaginer que nous connaissions donc un léger trou d’air sans commune mesure avec les crises de 2001 ou 2008. Pour rappel, certains débutants ont mis parfois plus de 2 ans à trouver leur 1er emploi alors que nous sommes parfois aujourd’hui sur la base de la semaine !

Face à cet optimisme mesuré sur le secteur IT, nous devons rester néanmoins humbles et vigilants car nous ne sommes pas à l’abri d’un élément exceptionnel se rajoutant au contexte qui annihilerait toutes ses hypothèses !

Découvrez nos offres d’emplois IT !

Nouveau consultant en recrutement externatic : Antoine LOPEZ

Nouveau consultant en recrutement externatic : Antoine LOPEZ

Externatic accueille dans son équipe un nouveau consultant en recrutement sur Nantes et la Vendée : Antoine Lopez. Apprenez à le connaître à travers cet article !

Antoine Lopez, nouveau consultant en recrutement chez externatic
Antoine Lopez, nouveau consultant en recrutement chez externatic

Comment ça va ?

Ça va très bien en cette première semaine chargée. Je suis un peu fatigué parce que ça fait longtemps que je n’ai pas appris autant de choses en si peu de temps. Mais je suis content et enthousiaste à l’idée de continuer !  

Quel est ton parcours ?

Depuis que je suis petit, j’ai toujours voulu être pompier, alors je m’étais fixé d’aller jusqu’au bac et me lancer. Pendant mon bac STMG, j’ai découvert le management, le marketing, l’économie… Ces matières m’ont intéressée, elles m’ont fait me sentir davantage dans le monde adulte et donné envie de continuer mes études vers une école de commerce. Je suis rentré à l’EGC Vendée et j’ai approfondi mes connaissances dans la gestion, la finance… Avant mon Master, j’ai eu envie d’approfondir ces savoirs et c’est pour ça que je rentre chez Euridis cette année. J’ai choisi de me diriger vers l’IT pour découvrir quelque chose de nouveau dans un marché très porteur. Le recrutement et l’IT me permettent d’ajouter de nouvelles cordes à mon arc. 

Et pourquoi avoir choisi de rejoindre Externatic ?

Dans mon alternance, je voulais trouver un côté humain et environnement dans lequel je me sens bien. Après avoir rencontré des ESN et essuyé quelques refus, j’ai voulu changer de type d’entreprises et c’est là que je suis tombé sur externatic. J’ai rencontré Benjamin, puis Mathilde, j’ai découvert la politique du cabinet et le métier de consultant en recrutement que je ne connaissais pas. Je me suis dit “allez” et je me retrouve aujourd’hui dans un environnement totalement nouveau. C’est ce que je voulais, apprendre et développer de nouvelles compétences. 

En dehors du travail, quels sont tes hobbies ?

Je fais beaucoup de choses, mes hobbies peuvent être assez instables. Une chose est sûre, toute l’année, je fais du sport. Depuis 4 ans, c’est la musculation, je trouve que la salle est un lieu très sociable et c’est aussi pour ça que j’y vais. 

J’ai beaucoup de livres mais je ne lis pas très vite donc ma pile ne descends pas très vite. J’aime bien lire pleins de livres différents, du marketing au commerce jusqu’à Simone de Beauvoir… 

D’ailleurs, peux-tu nous parler de cet objet sur ta photo ?

Antoine LOPEZ, consultant en recrutement IT

J’ai ramené une paire de Jordan 1, une paire que j’aime beaucoup et l’une des premières que j’ai achetées. Lorsque j’étais jeune et que j’ai commencé à m’acheter des vêtements, j’ai découvert les sneakers et je suis tombé dedans. Je me suis rendu compte que j’aimais bien ça et que c’était aussi lucratif si on le faisait bien ! Aujourd’hui, j’ai beaucoup moins de chaussures, j’ai gardé seulement quelques paires qui me tenaient à cœur, dont celle-là.  

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

Je vais essayer de reprendre ce qu’on peut souvent me dire et être le plus honnête possible.  

Je suis quelqu’un de drôle lorsque je suis à l’aise devant les gens. Je ne suis pas le clown de service mais j’aime bien mettre une bonne ambiance !

Je suis aussi quelqu’un de disponible, c’est en lien avec mon parcours chez les pompiers. Si une personne ne va pas bien, a besoin de quelque chose et que les gens ne l’aident pas, je vais facilement aller la voir moi-même. 

Enfin, je suis très têtu, voire un peu borné. J’aime bien me renseigner sur les choses et je suis assez attaché à mon avis. 

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin ?

Dans ma vie personnelle, ce sont les gens qui me motivent. L’idée de voir du monde, de rigoler et passer du bon temps, ça me donne envie de me bouger. Je n’aime pas me faire des ennemis donc j’aime aller discuter avec tout le monde. 

Sur l’aspect professionnel, j’aime bien apprendre. Notamment à mon âge où je peux découvrir beaucoup de choses et j’ai cette soif d’apprendre. 

Pour finir, si tu pouvais dîner avec une personne dans le monde, qui choisirais-tu ?

J’irai dîner avec Jordan Belfort, j’hésite avec beaucoup d’autres gens, mais c’est lui que je choisirai. J’ai toujours eu un attrait pour le commerce et cet homme est une mine d’or sur la négociation, les contacts, les conclusions de vente… J’adorerai rester 4h à table presque sans manger, juste pour discuter avec lui.

Consultez nos offres d’emplois !

Nouvelle chargée de recrutement IT à Lille : Adèle Sold

Nouvelle chargée de recrutement IT à Lille : Adèle Sold

L’équipe d’externatic s’agrandit toujours plus avec l’arrivée d’Adèle en tant que chargée de recrutement IT au sein de notre bureau à Lille ! Elle se présente en répondant à quelques questions dans cette interview.

Comment ça va ?

Ça va bien, je me sens bien, les premiers jours se sont bien passés donc c’est de bon augure pour la suite !

Quel est ton parcours ?

Après une licence en psychologie de la santé et un job étudiant chez Lidl en parrallèle, je me suis dit “Pourquoi pas allier psychologie et travail ?”. Alors je suis partie en master de psychologie du travail d’abord, puis en RH pure pour avoir davantage de clés pratiques et concrètes sur le métier. Je suis entrée en IAE RH pour pouvoir faire de l’alternance et j’ai trouvé cette alternance en data, dans une PME spécialisée. J’étais leur première RH/chargée de recrutement, donc tout était à faire. Ces deux années et demie ont été un super challenge.

Ensuite, même si j’adorais ce que je faisais, je n’avais pas envie de me cantonner à la data et l’IT, je voulais voir autre chose. Je suis donc parti chez EFOR, une ESN spécialisée dans la santé. J’ai rencontré tous les acteurs qui interviennent dans la confection d’un médicament, c’était très enrichissant mais j’avais malgré tout envie de retourner dans l’IT et de voir un autre milieu que celui de l’ESN…

Et qu’est-ce qui t’a donné envie de rejoindre Externatic ?

J’ai reçu un message d’Alexandre lorsque j’étais en recherche d’une nouvelle opportunité, on a été faire l’entretien dans un café. Ça a été en quelque sorte le coup de cœur professionnel, j’avais envie d’avancer avec lui et si je suis là, c’est que lui aussi !

Le message d’Alexandre était interpellant parce qu’on venait du même coworking. Ensuite, les échanges se sont très bien passés et on s’est rendu compte qu’on avait envie de travailler ensemble. Son côté organisé était très rassurant pour moi parce que j’ai parfois dû pousser un peu pour avancer dans d’autres entreprises. Ensuite, en rencontrant le reste de l’équipe, j’ai aimé la confiance que l’on m’a tout de suite apportée, j’ai senti en toute transparence qu’on croyait en moi. Il y avait une envie réciproque de travailler ensemble et de relever le challenge de l’ouverture de l’agence Lilloise donc c’était top pour moi. 

En dehors du travail, quels sont tes hobbies ?

Je suis une grande fan de cinéma, encore plus de musique de films, par mon père qui est dans la musique. J’ai rejoint ces deux passions via Hans Zimmer, que j’adore et que je suis allé voir en concert à Paris. 

En musique, je suis très rock, j’adore tout ce qui sera Fall out Boy, Green Day, Rammstein… Mon gros regret, c’est de ne pas avoir été au Hellfest mais j’y serais l’an prochain.

Mais ce que j’aime le plus, c’est sortir avec les amis, je suis une acharnée du travail mais par contre l’apéro le soir est aussi important !

D’ailleurs, peux-tu nous parler de cet objet sur ta photo ?

Adèle Sold - Chargée de recrutement IT à Lille

Alors oui, c’est une figurine d’All Might, de l’anime My Hero Academia !

Les anime, j’en regardais quand j’étais petite, puis j’ai redécouvert ça à 19 ans, notamment avec l’Attaque des titans. J’aime beaucoup ça, je ne saurai pas expliquer simplement pourquoi j’ai ramené cet objet. Je dirais que je ne suis pas vraiment séries, et je trouve que l’anime amène un côté beaucoup plus expressif, ce qui me représente assez bien. 

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

Je suis quelqu’un de positive, il faut toujours voir le verre à moitié plein et avancer, parce qu’être négatif ne fera pas avancer plus vite. 

Malgré tout, je suis exigeante et je me mets beaucoup de pression toute seule. Quand je ne remplis pas mes objectifs persos, même si tout le monde est content, je ne le serai pas trop. 

Enfin, l’organisation, j’en ai besoin pour partager mon temps de travail et mon temps perso. C’est important pour moi d’avoir ma routine pour fonctionner efficacement.

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin (pro/perso) ?

C’est mon café… En plus, j’ai la chance de faire un métier que j’adore donc ça me pousse à me lever. Rencontrer des gens, apprendre à connaître leur parcours de vie et les aider, je trouve ça hyper intéressant. Mais en étant pragmatique, c’est bien mon café qui me fait démarrer la journée…

Pour finir, si tu pouvais dîner avec une personne dans le monde, qui choisirais-tu ?

Question assez difficile, mais je pense que je choisirai mon grand-père, qui est décédé en 2013, il a été une figure masculine très importante pour moi. J’aimerais le voir et discuter avec lui pour lui montrer comment j’ai évolué.

Consultez nos offres d’emploi à Lille !

Les attentes des candidats en 2022

Les attentes des candidats en 2022

Quelles sont les attentes des candidats sur le marché du recrutement IT en 2022 ? Pour y répondre, nous allons étudier les résultats de People At Work, qui a interrogé des travailleurs de tous les secteurs, dans le monde entier. Est-ce que le marché de l’IT en France suit la tendance mondiale, Nicolas vous l’explique dans cet article. 

Les attentes des candidats en 2022
Les attentes des candidats en 2022

Il y a environ un an, nous sortions notre étude sur les attentes des candidats, maintenant, il est temps de voir quelles ont été les évolutions. Pour consulter en détails tous les résultats, vous pouvez consulter l’étude complète de People at Work

Une volonté de changement

57% des Français ont envisagé une réorientation professionnelle au cours des 12 derniers mois.

→  POSSIBLE

Les réorientations vers le secteur informatique sont nombreuses depuis la pandémie. Nous l’avons constaté, le turnover s’est accéléré dans les entreprises de l’IT mais pas que. La Grande Démission, dont nous entendons parler de plus en plus souvent, est un véritable phénomène. Il se traduit par plus de 500 000 personnes qui ont démissionné de leurs postes pendant le premier trimestre 2022 (tous secteurs d’activité confondus) ! Ce chiffre n’avait pas été atteint depuis la crise financière de 2008/2009. 

Mais alors, pourquoi les gens changent notamment vers l’IT ? Certaines personnes travaillent dans des secteurs qui rémunèrent moins bien, avec de moins bonnes conditions de travail (horaires décalés en mode 3×8, travail le weekend…). Les candidats veulent donc du changement et n’hésitent pas à passer à l’action. D’ailleurs, le changement, ce n’est pas forcément une réorientation. Il peut simplement se traduire par un changement de poste, d’entreprise ou une évolution salariale.

Attention toutefois à la façon dont on réalise une réorientation professionnelle dans l’IT : il faut la faire en choisissant une bonne formation. Un projet de réorientation se réfléchit et il faut se méfier des promesses que peuvent offrir certaines formations. On entend souvent parler des formations accélérées, ou bootcamps, dont Perrine (consultante en recrutement chez externatic) vous expose les avantages et inconvénients ici. Il faut bien se renseigner sur les formations et les organismes que l’on envisage : regarder le taux de réinsertion post-formation et vérifier que les diplômés ont trouvé un job dans le métier choisi. Il faut également essayer de tirer profit de ses compétences pour choisir son projet de réorientation. Par exemple, si vous êtes conseiller clientèle au sein d’une banque, il sera plus facile d’être développeur dans ce secteur.

Un besoin d’évolution

64% des travailleurs songeraient à rechercher un nouveau poste.

→ D’ACCORD

La volonté de changement, ça peut être simplement un changement d’entreprise. Dans l’IT, les candidats sont souvent frustrés si leur poste ou leur salaire n’évoluent pas comme ils le souhaitent. Les ingénieurs peuvent facilement obtenir ces 2 éléments en allant regarder ce qui se passe sur le marché. Un grand nombre d’entreprises en difficulté pour recruter sont prêtes à se plier aux attentes des candidats. Ce constat rejoint notre analyse du marché de l’IT publiée en juin 2022 : “Dans cette quête d’un travail parfait qui alliera un bon niveau de vie, une mission qui a du sens et un épanouissement professionnel, les candidats se montrent plus volatiles. Ils fonctionnent en mode projet et n’hésitent pas à quitter leur employeur. Si leur poste leur semble moins attractif, qu’ils n’ont pas de perspectives claires de progression, ne sont pas en phase avec l’orientation produit ou en désaccord sur le management.”

Parmi les candidats que l’on rencontre au quotidien, la raison principale qui les poussent à regarder de nouvelles opportunités est la sensation d’avoir fait le tour de leur poste. D’autres éléments peuvent être moteurs de cette volonté de changement (flexibilité, télétravail, RSE…). Comme l’Observatoire Régional des Compétences Numériques (ORCN) l’a montré dans son enquête sur les Pays de la Loire. Les candidats sont attirés par les projets que proposent les entreprises, et une fois qu’ils ont été menés à bien, cette envie de changement s’installe lentement dans leur tête. Par exemple : un Responsable Système d’Information (RSI) rencontré a été recruté pour remettre en état de marche un SI désuet. Après 2 ans, il a réussi à créer un SI performant et robuste, il a eu besoin d’un nouveau challenge à relever. 

Sécurité de l’emploi

54% des salariés estiment que la sécurité de l’emploi est importante pour eux, mais seul un quart d’entre eux considèrent que leur emploi ou leur secteur est sûr. En 2021, ce chiffre s’élevait à un tiers (36 %).

→ D’ACCORD

Le marché de l’IT est considéré comme l’un des plus porteurs, avec une croissance forte chaque année (+4% entre 2021 et 2022). On entend souvent parler des levées de fonds record de nos start-ups et licornes françaises. Celles-ci annoncent ensuite des plans de recrutement forts, avec une implantation de sites hors de Paris. La situation économique actuelle a tendance à être moins favorable à certaines entreprises. Dont celles qui utilisent des sources de financement participatif. On constate que les levées de fonds se raréfient. Certaines start-ups sont contraintes de freiner leurs projets, et même pour certaines de lancer des plans de licenciement. 

Les entreprises les plus stables sont donc, à l’heure actuelle, les grandes DSI, les éditeurs de logiciels, les acteurs qui sont moins exposés aux fluctuations des marchés. Dans l’informatique, les candidats sont conscients de la stabilité de leur emploi et de la sécurité qu’il leur donne. Certains peuvent avoir envie de changement, mais n’oseront pas bouger par peur de perdre cette fameuse sécurité et de perturber leur stabilité. En changeant d’entreprise, on ne sait pas réellement ce qu’on va retrouver sur le long terme. À l’heure où le monde se retrouve régulièrement chamboulé, cette crainte est légitime.

Ce que font les employeurs

En 2021, 67 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles souhaitaient bénéficier de modalités de travail flexibles. Aujourd’hui, ce chiffre a augmenté et 71% des répondants souhaiteraient avoir des horaires de travail plus flexibles. Une des solutions serait de condenser 5 jours en 4 par exemple. Avant la pandémie, ce chiffre n’était que de 26%. 

→ D’ACCORD

C’est un phénomène bien présent dans l’IT. Les travailleurs sont de plus en plus demandeurs de flexibilité, notamment au niveau des horaires de travail. Si la plupart des entreprises proposent généralement 2 à 3 jours de télétravail, les candidats que nous rencontrons, notamment les développeurs, souhaiteraient avoir plus de télétravail, voire être en full remote. Dans notre dernière étude sur les attentes des candidats en 2021, 1 candidat sur 5 était favorable au télétravail complet, ce constat est toujours valable.

Cette tendance se vérifie dans le monde entier, puisque 65% des employés européens ayant répondu à l’enquête People At Work envisagerait chercher un autre emploi si leur employeur leur demandait de stopper le télétravail. On commence donc à voir certaines entreprises proposer des semaines à 4 jours de travail, ou à décaler leurs horaires pour laisser leurs collaborateurs finir plus tôt en fin de semaine afin d’offrir cette flexibilité tant désirée. Les candidats sont aujourd’hui en mesure d’imposer des conditions pour intégrer ou rester dans les entreprises, ces dernières ont donc intérêt à s’adapter et innover pour rester compétitives. 

Pour conclure, les comportements des candidats sur le marché du recrutement IT continue d’évoluer pour suivre les tendances sociétales. Ils font notamment ressortir leurs besoins de changements et de sécurité de leur situation, et ce sont maintenant aux entreprises d’adapter leurs actions pour pouvoir rester compétitives.


Découvrez nos offres d’emploi !

Les enjeux du digital dans les entreprises

Les enjeux du digital dans les entreprises

La digitalisation est une tendance importante qui prend de plus en plus de place dans le monde professionnel et notamment dans les entreprises. Elle entraîne de grands changements dans les sociétés à la fois dans leurs façons de faire, mais aussi de procéder. La digitalisation est, en soit, une petite révolution interne qui permet de modifier les échanges avec le client, mais aussi de changer les modes de fonctionnement à l’intérieur de l’entreprise.

Externatic, expert du digital, est un cabinet de recrutement qui donne aux entreprises une grande liberté. En effet, la formule proposée est sans engagement ni exclusivité. Notre travail est basé principalement sur un recrutement adéquat, personnalisé et adapté aux besoins des entreprises. Notre réseau de professionnels ainsi que notre expérience ont bâti notre succès. Parce que nous sommes persuadés des bienfaits des enjeux du digital, nous délivrons aujourd’hui une offre de qualité adaptée à toutes les entreprises motivées à passer le cap de la digitalisation.

Qu’est-ce que la digitalisation ?

La digitalisation est l’intégration du numérique dans les structures des processus commerciaux et sociaux. Son but est d’améliorer à la fois les échanges, mais aussi la qualité des étapes mises en place. Elle peut à la fois faire gagner du temps, mais aussi permettre d’avoir une action plus adéquate en fonction des situations. Attention : digitalisation ne veut pas dire numérisation. La numérisation est un processus mécanique qui consiste à faire passer des données physiques — des dossiers — au format numérique. Cela présente des avantages de stockages et de sécurité en cas de perte ou de dégradation des fichiers originaux. La digitalisation fait appel à la numérisation pour la dépasser. En termes d’impacts, les enjeux du digital touchent de nombreux domaines. Dans les entreprises, la digitalisation présente un intérêt compétitif ou innovant. En règle générale, la digitalisation permet aux différents processus d’être plus rapides, d’améliorer la prise de décision et le travail d’équipe.

Externatic est une entreprise qui saura à la fois être à votre écoute et vous accompagner pour trouver le profil du candidat qui fera évoluer votre société vers une nouvelle dimension innovante.

Pourquoi digitaliser mon entreprise ?

D’un point de vue de l’entreprise, la digitalisation permet de gagner du temps dans les process, d’avoir une communication plus rapide et simplifiée au sein même de l’entreprise, d’améliorer les conditions de travail des collaborateurs, d’optimiser les dépenses — et donc de gagner en rentabilité —, de pouvoir affiner ses données clients — de répondre aux attentes de manière pertinente — et, dans ce cas, d’avoir une communication clientèle mieux ciblée. D’un point de vue client, l’entreprise aura une image dynamique et moderne. Ce dernier aura aussi une offre personnalisée en fonction de ses besoins, ce qui améliorera sa satisfaction. Dans le cas ça ne serait pas le cas, le service après-vente sera réactif et la société pourra donner de nouvelles directions pour apporter des améliorations.

Externatic propose aux entreprises un service de qualité basé sur les données ainsi que sur les besoins présents des entreprises pour vous proposer des professionnels du digital qui sauront apporter à votre dynamique une plus-value certaine, les enjeux du digital étant de plus en plus accrus.

Découvrez notre nouvelle chargée de recrutement : Charlotte Nadaud

Découvrez notre nouvelle chargée de recrutement externatic : Charlotte Nadaud

L’équipe externatic Bordeaux ne s’arrête pas de grandir avec l’arrivée cet été de notre nouvelle chargée de recrutement, Charlotte Nadaud. Découvrez-la en quelques questions !

Charlotte Nadaud, chargé de recrutement IT externatic Bordeaux
Charlotte Nadaud, chargé de recrutement IT externatic Bordeaux

Comment ça va ?

Très bien, merci !

Quel est ton parcours ?

J’ai commencé mes études plutôt dans le commerce et petit à petit, en les continuant et par opportunité, j’ai commencé à toucher aux métiers du marketing. Je suis rentrée dans une entreprise libérée, c’était donc mes premiers pas dans une entreprise de ce style. C’était dans le secteur industriel, une entreprise familiale qui refaisait tout son positionnement et toute son image ! J’étais à ce moment-là assistante marketing, en équipe avec le responsable marketing. Auprès de lui, j’ai pu suivre de près tout ce chantier et c’était hyper enrichissant. J’y ai fait mon alternance puis 3 ans de CDI, mon poste a évolué et je me suis spécialisée sur des canaux produits. 

Ensuite, j’ai voulu changer un peu d’air, donc j’ai repris un master en marketing digital et c’est là que je suis arrivée sur Bordeaux. J’ai fait deux ans en alternance dans deux startups différentes, plutôt en tant que chargée de communication digitale. 

Ensuite, le Covid est arrivé, avec tout son lot de questions sur le travail que je voulais faire, comment je me sentais… J’ai donc décidé de faire une césure d’un an et c’est là que j’ai découvert le métier de recruteur. J’ai mené mon enquête pour voir quel était donc ce métier et j’ai convenu que je voulais intégrer un cabinet de recrutement…

Et qu’est-ce qui t’a donné envie de rejoindre Externatic ?

Pendant un process de recrutement dans une société de services, le directeur m’a parlé de Lucie et d’externatic. J’ai appris comme ça que l’on cherchait un chargé de recrutement. Je me suis un peu renseignée sur la sociocratie, l’organisation, j’ai capté la vibe assez cool et fun par rapport à d’autres cabinets plus rigides et conventionnels. Finalement, ça s’est matérialisé en rencontrant l’équipe lors des entretiens et pendant mon intégration !

En dehors du travail, quels sont tes hobbies ?

J’en ai plein, je lis beaucoup de livres, de développement personnel notamment depuis quelques années maintenant. J’adore écouter des podcasts, sur le développement personnel, sur le recrutement… 

Le cinéma aussi, j’adore ça, les thrillers, films psychologiques ou les biopics surtout, des films assez réalistes finalement. 

Ensuite, j’aime bien écrire et jouer de la musique, j’écris parfois des morceaux et avec un pote qui compose, on fait des chansons ensemble ! 

Mais un hobby qui m’a particulièrement marqué ces derniers temps, c’est le roller, et c’est pour ça d’ailleurs que j’ai choisi cet objet pour ma photo. 

D’ailleurs, peux-tu nous parler de cet objet sur ta photo ?

Charlotte NADAUD - Chargée de recrutement IT - Bordeaux

Oui, c’est donc une paire de roller. Je m’y suis mise pendant mon année de césure, c’est à ce moment que j’ai découvert mon élément, la terre. C’est quelque chose dont j’ai besoin, qui m’aide à m’ancrer, sinon je suis très volatile. Le fait d’être sur terre et de pratiquer un sport comme ça, ça me permet de garder les pieds sur terre. J’aime bien l’analogie que ça peut raconter sur la vie : tu tombes, tu te relèves et tu avances. Et en même temps tu danses car j’aime bien faire du roller en écoutant de la musique. Donc, je vois cette activité comme danser la vie et ça me fait beaucoup de bien.

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

Alors, je dirais… Solaire parce que tout le monde me le dit. Ensuite, fun, en mode je rigole tout le temps. Et très honnête, j’avais tendance à être très voire trop franche mais j’essaie de transformer ça en honnêteté. De toute façon, je suis quelqu’un d’expressive et de transparente, donc c’est peut-être ce qui me force à être honnête…

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin (pro/perso) ?

Déjà le beau temps, je me lève beaucoup plus facilement quand il y a du soleil. Je redoute beaucoup les saisons plus froides et la pluie bordelaise, je suis très sensible à la météo. 

Sinon, je pense que c’est de savoir l’objectif final de ce que je fais. Même si tout ne m’enchante pas, je sais pourquoi je le fais. Je sens que je participe au bien-être des personnes qui m’entourent, j’adore me dire que je vais aider des gens, dans le pro ou le perso, ce sont des éléments qui me motivent. 

Pour finir, si tu pouvais dîner avec une personne dans le monde, qui choisirais-tu ?

Aaaaah, je l’avais vue cette question… 

J’hésite, ce serait soit un chanteur iconique comme Prince, une personne emblématique qui a marqué le monde.

Sinon, ce serait quelqu’un du monde du développement personnel, les énergies, quelqu’un de spirituel, je pense à Christophe Haag, qui est chercheur en comportement organisationnel.

Consultez nos offres d’emplois IT à Bordeaux

Nouveau consultant en recrutement : Thomas ROVERE

Nouveau consultant en recrutement IT : Thomas ROVERE

Aujourd’hui, on vous présente Thomas, qui rejoint l’aventure externatic Bordeaux comme consultant en recrutement IT. Découvrez-le en quelques questions ⬇️

Thomas Rovere, consultant en recrutement IT externatic Bordeaux
Thomas, consultant en recrutement IT à Bordeaux !

Comment ça va ?

Très bien merci, je suis super bien accueilli !

Quel est ton parcours ?

Alors, moi je suis issu d’un parcours scientifique, j’ai d’abord fait une prépa à Sophia Antipolis, ensuite j’ai intégré Polytech Sorbonne à Paris en spécialité matériaux. J’avais choisi cette spécialité car j’étais curieux du monde qui m’entourait et était attiré par la grande diversité d’applications des matériaux. Voir tous les différents types de matériaux, c’était très intéressant, très formateur et ça m’a permis d’acquérir une culture scientifique et une certaine capacité de réflexion. 

Mais sur la fin, j’ai voulu m’éloigner de ce côté “technique pure” car beaucoup des débouchées étaient dans l’analyse et la caractérisation des matériaux en laboratoire par exemple. Je ne me voyais pas du tout passer mes journées en laboratoire.

J’ai alors eu une expérience en tant qu’ingénieur technico-commercial dans l’impression 3D, qui était également très formatrice. J’ai pu découvrir que j’appréciais énormément le côté commercial, les échanges avec les clients, la diversité des projets.

Puis, j’ai voulu allier le côté commerce avec un domaine qui m’a toujours intéressé : les ressources humaines. Je voulais être dans l’accompagnement et le conseil. J’ai eu aussi envie de me former sur le monde de l’IT, je suis plutôt issu des métiers de l’industrie avec ma formation mais les nouvelles technologies m’ont toujours intéressé.

J’ai donc décidé de continuer mes études et d’intégrer l’INSEEC à Bordeaux et de faire de l’alternance, ce qui m’a amené ici !

Pourquoi avoir choisi de rejoindre Externatic ?

Toute la culture et les valeurs d’externatic d’abord, j’étais très intéressé par la sociocratie. J’ai également tout de suite senti la bienveillance de chacun au sein du cabinet.

Mes critères, c’était :

1. Trouver des missions qui me plaisent et dans lesquelles je m’épanouis.

2. Pouvoir être bien formé au cours de mon alternance.

3. Me sentir bien avec mes collègues.

Ces trois critères étaient respectés et le courant est très bien passé avec Lucie et Raphaël, j’ai donc choisi de rejoindre le cabinet.

Quels sont tes hobbies ?

Je ne suis pas forcément animé par une passion en particulier, mais je suis assez curieux de nature et j’aime m’intéresser à diverses choses.

Sinon, je dirais que j’ai des hobbies assez classiques, regarder des séries, cuisiner, voir des amis, partager des moments conviviaux, sortir… Je suis nouveau à Bordeaux en ce moment donc mes amis me manquent un peu.  Dernièrement, je me suis aussi mis à la méditation et au développement personnel et j’aime beaucoup ça.

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

C’est compliqué… Je dirais bienveillant, à l’écoute et ouvert d’esprit.

Parce que je sais être attentif avec mes amis, je crois également beaucoup au karma, au destin, à la répercussion de nos actes sur chacun.  J’aime bien être dans l’observation des personnes, de leurs interactions, comprendre leur psychologie et leur façon de réfléchir. Donc oui au final, je dirais la bienveillance, j’aime que tout le monde se sente bien !

Peux-tu nous parler de l’objet sur ta photo ?

Thomas Rovere, consultant en recrutement IT externatic Bordeaux

J’aime beaucoup les soirées jeux de société, en famille ou entre amis. Et le UNO car je suis particulièrement fort au UNO ! J’aime vraiment ça, on y joue tous les soirs avec mes colocs.

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin (pro/perso) ?

Mon réveil déjà… Ensuite, mon café ! Et sinon, savoir que je serais utile dans la journée, avoir des interactions, rencontrer de nouvelles personnes et apprendre de nouvelles choses. Tous ces éléments me stimulent au quotidien.

Pour finir, si tu pouvais dîner avec une personne dans le monde, qui choisirais-tu ?

Ah c’est pas facile… Quoique c’est vite réfléchi finalement je dirais Florence Foresti ! Je suis vraiment un immense fan d’elle depuis des années donc oui Florence Foresti sans hésiter.

Consultez nos offres d’emplois :

Voir plus d’offres

Nouvelle consultante en recrutement : Mathilde HAMEL

Nouvelle consultante en recrutement : Mathilde HAMEL

Nous avons accueilli Mathilde, notre nouvelle consultante en recrutement chez externatic à Nantes. Découvrez-la en quelques questions ⬇️

Mathilde Hamel, consultante chez externatic

Comment ça va ?

Très très bien !

Quel est ton parcours ?

Alors, je suis issue de deux écoles de commerce. J’ai intégré l’école Audencia Bachelor, qui s’appelait à l’époque l’EAC, dans laquelle j’ai passé 3 ans. C’est pendant ces années que j’ai intégré Décathlon en travail étudiant. J’ai continué dans l’entreprise, en faisant ma 3e année par alternance au sein du magasin de St Géréon en tant que leader service client. Ensuite, je me suis lancée dans un master au sein d’Excelia Group (anciennement Sup de Co La Rochelle), en alternance avec l’entreprise STELIA Aerospace en tant que chargée de recrutement pendant 2 ans. 

Puis j’ai rejoint Systel à la sortie de mon alternance, en tant que responsable RH et peu de temps ensuite, j’ai commencé à travailler avec Externatic Bordeaux pour le recrutement des profils IT. Durant ces années, j’ai pu suivre les évolutions du cabinet et découvrir de l’extérieur son organisation. Lorsque j’ai voulu changer de projet professionnel, j’ai saisi l’opportunité de rejoindre cette équipe dynamique et responsabilisée !

Pourquoi avoir choisi de rejoindre Externatic ?

J’ai cherché à rejoindre Externatic pour deux raisons : 

La première concernait la stratégie et la vision de l’entreprise portées par ses trois associés, avec un système de sociocratie, qui m’intéressait énormément. En effet, Décathlon m’avait déjà apporté les grands principes de l’entreprise libérée. J’ai ensuite continué à travailler sur le sujet par l’intermédiaire de mon mémoire de fin d’études. C’était plutôt naturel pour moi de me diriger vers ce type de société. 

La deuxième concernait la partie métier, j’avais envie de me focaliser sur une seule et même activité, travailler au sein d’une équipe et traiter davantage de sujets positifs. Je travaillais pour un éditeur et intégrateur de solutions logicielles ; l’environnement IT et ses acteurs m’ont passionné donc il était naturel pour moi de continuer dans ce secteur.

Quels sont tes hobbies ?

Le sport principalement et plus particulièrement l’équitation. Ça fait plus de 20 ans que je monte à cheval, ça fait partie de mon quotidien.

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

Souriante, un terme que je n’aurais pas forcément utilisé moi-même, mais au travers de mes expériences professionnelles, c’est souvent ce qui est ressorti donc ça doit être vrai.

Dynamique, car j’ai toujours tendance, dans le pro ou le perso, à jouer à Tetris avec mes plannings. J’essaie toujours d’imbriquer le plus d’activités possibles dans ma journée et c’est un aspect important de ma personnalité.

Enfin, têtue, car je suis quelqu’un qui aime débattre et échanger. J’ai mon opinion et j’aime bien la défendre !

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin (pro/perso) ?

C’est de savoir que je vais rencontrer de nouvelles personnes, découvrir de nouvelles choses, puis me recoucher le soir en ayant appris un paquet de trucs ! Je pense aussi que pouvoir satisfaire dans mon travail les personnes avec lesquelles j’évolue fait partie de mes motivations. 

Pour finir, si tu pouvais dîner avec une personne dans le monde, qui choisirais-tu ?

Oh, c’est difficile comme question… Je dirais le fondateur de Décathlon, Michel Leclercq, parce que c’est quelqu’un qui a été visionnaire. D’une part, sur l’organisation de son entreprise, et de l’autre sur les produits qu’ils proposent. En créant des marques, en donnant accès au sport au plus grand nombre… Je pense que c’est quelqu’un dont on peut beaucoup apprendre !

Consultez nos offres d’emplois :

Voir plus d’offres

Nouvelle consultante en recrutement : Justine Côte

Nouvelle consultante en recrutement : Justine Côte

En ce mois de mars, nous avons accueilli Justine, notre nouvelle consultante en recrutement à Nantes. Découvrez-la en quelques questions !

consultante en recrutement

Comment ça va ?

Très bien, tout le monde a été top dans mon intégration, les gens ont été là pour répondre aux questions et prennent le temps quand on en a besoin, c’est hyper chouette ! Il y a une grosse dynamique qui va vers du positif et je trouve ça top. 

Quel est ton parcours ?

J’ai d’abord fait une école de commerce après deux ans d’IUT plutôt généraliste. Je me suis tournée vers le commerce.  À l’origine, j’avais l’envie d’aller vers les RH. Mais mon premier stage devait obligatoirement être commercial alors j’ai eu l’opportunité de remplacer un caviste pendant un mois. Et j’ai adoré faire du commerce car ce n’était pas comme je l’imaginais. On était beaucoup plus dans le conseil et l’accompagnement donc j’ai beaucoup aimé vendre ce produit et j’ai voulu me diriger vers le commerce. 

Puis, en fin d’études, j’ai cherché à continuer dans le domaine du vin mais c’était difficile parce que c’est un milieu assez fermé. En cherchant du travail, j’ai vu une annonce sur un poste d’ingénieure d’affaires avec 3 parties : management, RH et commerce. Je me suis dit “C’est quoi ce poste ?” mais ça me parlait ! J’y suis entrée en stage puis en CDI pendant 8 ans et demi !

C’était le tout début de l’aventure dans cette entreprise (ils étaient 5 à mon arrivée), j’ai pu grandir en même temps qu’elle et la voir se développer. J’ai été stagiaire, puis ingénieure d’affaires puis, en 2019, j’ai repris l’agence de Nantes avec un collègue. J’avais une entité à piloter avec des équipes opérationnelles en plus de mes tâches d’ingénieure d’affaires, c’était très enrichissant.  

Pourquoi avoir choisi de rejoindre Externatic ?

Après plus de 8 ans, j’ai eu des envies de changement mais pas forcément de faire la même chose ailleurs. J’ai commencé à chercher et je suis entrée en contact avec Externatic en décembre, j’ai hyper bien accroché avec les personnes de l’équipe que j’ai pu voir et me voilà aujourd’hui !

J’aime la polyvalence dans ce métier, en aidant d’un côté les candidats dans la recherche de leurs moteurs et motivations. Mais aussi, de l’autre, l’envie de comprendre la problématique des entreprises et les aider pour trouver le bon match. 

Quels sont tes hobbies ?

Je vais être assez classique mais j’adore voir mes amis, regarder des séries, bouquiner… Depuis peu, j’ai une petite fille qui occupe donc une grande partie de ma vie. J’adore aussi les vins, les spiritueux et la bonne bouffe, on va dire que je suis une bonne vivante. 

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

C’est une question assez difficile… Je dirais J’aime les gens”, globalement j’aime que les gens soient bien et que les personnes autour de moi se sentent bien. 

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin (pro/perso) ?

Je dirais que c’est de voir du monde et échanger pour apprendre des autres. 

Pour pas vous mentir, il y a aussi ma fille, c’est souvent celle qui me réveille le matin… 

Pour finir, si tu pouvais dîner avec une personne dans le monde, qui choisirais-tu ?

Fred Vargas, j’adore ses romans, c’est elle qui m’a fait aimer le polar. Elle va loin dans la psychologie des personnages et je serais curieuse de savoir comment elle crée des personnages comme celui d’Adamsberg donc j’aimerais bien partager ce moment avec elle.