Interview team externatic : Ando Philistin

Interview team externatic : Ando Philistin

Ando Philistin est chargé de recrutement chez nous depuis mai 2020. Pour continuer notre tour de la team externatic, on a été lui poser nos désormais traditionnelles questions ! Découvrez son interview.

Ando Philistin, chargé de recrutement à Nantes

Comment ça va ?

Ça va très bien ! Content de pouvoir revenir un peu au travail et de découvrir nos nouveaux bureaux. Ça fait aussi plaisir de revoir les collègues.

vv

Comment se passe le confinement pour toi ?

Plutôt bien, j’étais arrivé au mois de mai l’an dernier donc j’avais pas connu le premier. Et franchement, c’était stressant à l’annonce mais ça s’est bien passé au final. J’ai des conditions assez cool chez moi même si je préfère être dans les bureaux. 

vv

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

A l’écoute, j’aime bien échanger avec les gens, comprendre leur avis, entendre ce qu’ils me disent pour que l’on puisse travailler ensemble.

Dynamique, parce que j’aime quand ça bouge, j’aime être challengé et qu’il y ait de l’action et des rebondissements dans mon quotidien.

Sympathique, parce que j’aime aider les gens et je suis de bonne humeur en règle générale !

vv

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin ?

Le fait que les journées soient différentes, on a la chance, dans mon métier, de rencontrer des profils variés, des gens et des caractères différents. Je sais que chaque jour je vais apprendre des choses et avoir des objectifs à relever et c’est motivant.

vv

C’est quoi cet objet sur ta photo, dis nous tout ?

Photo d'Ando tenant un album panini dans sa main

Un album Panini ! Parce que le foot, et le sport en général, sont des choses importantes dans ma vie. Je me tiens toujours au courant des résultats des équipes, je regarde les matchs. Même quand mon FC Nantes est à la dérive… Donc, j’ai choisi cet objet pour faire un petit clin d’œil à ma passion.

vv

Le meilleur aspect du travail chez externatic ?

Je dirais qu’on nous laisse la possibilité d’entreprendre, de tester pleins de nouvelles choses et que l’avis des collaborateurs est pris en compte. On nous laisse de l’autonomie et la liberté d’essayer mais en restant dans un contexte de résultats. Et cette philosophie me plaît beaucoup.

Travailler et échanger au quotidien avec des collègues experts dans le recrutement IT est également très enrichissant !

vv

Si tu devais donner un conseil à une personne qui se lance dans sa recherche d’emploi ?

En premier, faire appel à son réseau, essayer de solliciter son entourage pour avoir des conseils. Idem en demandant l’avis de professionnels du secteur que l’on vise. Mais le plus important pour moi, c’est rester soi-même, ne pas se travestir lorsqu’on se présente parce que chaque personnalité peut correspondre à une ou plusieurs entreprises. C’est donc important de montrer qui on est vraiment pour trouver le job qui nous convient.

vv

Pourquoi te choisir toi et pas quelqu’un d’autre ?

Parce que j’aime écouter et comprendre qui sont les gens, pour pouvoir leur trouver le meilleur poste possible. Mais aussi parce j’en ai marre de l’image du recruteur méchant qui veut piéger les candidats et j’approche mes entretiens en voulant briser cette image.

vv

Si tu pouvais dîner avec une seule personne, qui choisirais-tu ?

Je vais tricher un peu mais je pense que je ferai une tablée. D’abord, avec Gérard Depardieu, parce qu’on est sûr de bien manger, boire et se marrer. Ensuite, Alexandre Astier, qui a l’air hyper intéressant par sa connaissance de plusieurs domaines. Enfin, Virginie Despentes car elle a une vie assez atypique et j’aimerais découvrir sa manière de penser. Je pense qu’avec tout ça, on peut passer une bonne soirée !

vv

Pour finir, tu peux nous faire une recommandation, d’un film, livre, série que tu as apprécié récemment ?

Je lis pas énormément mais ce que j’ai réussi à lire facilement, c’est les différentes trilogies de Ken Follett. ça se lit bien, même sans être un lecteur averti comme moi, c’était très agréable.

La rupture conventionnelle, mode d’emploi en 8 questions

La rupture conventionnelle, mode d’emploi en 8 questions

Dix ans après sa création, la rupture conventionnelle continue de remporter un franc succès (plus de 385 000 en 2020). Focus sur quelques-unes des caractéristiques principales de ce mode particulier de rupture du contrat de travail à durée indéterminée. Par Mathieu BRULE, Avocat en Droit du travail à Nantes.

image d'une personne signant une rupture conventionnelle

1. En quoi consiste la rupture conventionnelle homologuée ?

La rupture conventionnelle est un mode de rupture amiable du contrat de travail. A la différence du licenciement ou de la démission, elle nécessite un accord entre le salarié et son employeur et ne peut être imposée à l’une ou l’autre des parties. 

2. La rupture conventionnelle ouvre-t-elle le droit au chômage ?

Oui, elle ouvre droit au bénéfice de l’assurance chômage. L’on précisera toutefois qu’un différé d’indemnisation spécifique, d’une durée maximale de 150 jours, est appliqué par Pôle Emploi lorsque le montant de l’indemnité de rupture conventionnelle est supérieur à l’indemnité légale de licenciement.

A ce jour, le mode de calcul du différé est le suivant :

Indemnités de rupture supérieures au minimum légal / 94,4 = nombre de jours de différé

3. Quelle procédure doit être respectée ?

La procédure nécessite l’organisation d’un ou plusieurs entretiens – nous en recommandons au moins deux –  ayant pour objet de déterminer l’ensemble des modalités de rupture du contrat (montant de l’indemnité de rupture, date de rupture du contrat, sort de la clause de non-concurrence, etc.).

Le salarié peut, s’il le souhaite, être assisté durant ces entretiens. Au terme des entretiens, les documents de rupture conventionnelle sont signés en trois exemplaires. L’un de ces exemplaires est alors remis au salarié. Attention, la signature des documents n’entraine pas la rupture immédiate du contrat de travail. En effet, à compter du lendemain de la signature, les parties disposent d‘un délai de 15 jours calendaires pour faire valoir un droit de rétractation.

Au terme de ce délai et en l’absence de rétractation, les documents de rupture sont transmis – généralement par l’employeur – à l’administration (la DIRECCTE), pour homologation, par lettre recommandée avec avis de réception. A compter de la réception du recommandé, la DIRECCTE dispose d’un délai de 15 jours ouvrables (hors dimanches et jours fériés) pour homologuer ou refuser d’homologuer la rupture conventionnelle du contrat. En l’absence de réponse de la DIRECCTE dans ce délai, elle est réputée homologuée et le contrat de travail peut être rompu à la date choisie par les parties.

Au total, la procédure de rupture conventionnelle dure entre 1,5 et 2 mois environ. Naturellement, durant le temps de la procédure, le salarié doit être normalement rémunéré.

4. En pratique, qui est à l’origine des négociations ?

Elle peut être sollicitée tant par l’employeur que par le salarié.

Quelle que soit la personne à l’initiative des échanges, l’on constate généralement la mise en œuvre d’échanges informels, ayant pour objet de sonder l’autre partie, avant l’organisation des entretiens de négociation des modalités de rupture.

5. A quelle date le contrat est-il rompu ?

La date de rupture est librement choisie par les parties.

Elle doit alors impérativement intervenir après le terme du délai offert à la DIRECCTE pour homologuer la rupture du contrat de travail. Le respect d’un préavis n’est pas nécessaire.

6. Quel est le montant de l’indemnité de rupture conventionnelle ?

L’indemnité de rupture conventionnelle est librement négociée entre les parties. Elle doit donc être au minimum égale à l’indemnité légale de licenciement ou, le cas échéant, à l’indemnité conventionnelle de licenciement.

7. Le salarié peut-il contester la rupture conventionnelle en justice ?

Le salarié dispose d’un délai de douze mois, à compter de date d’homologation de la convention, pour saisir le conseil de prud’hommes d’une contestation relative à la rupture conventionnelle de son contrat de travail

8. Est-il possible de conclure une transition postérieurement à la mise en oeuvre d’une rupture conventionnelle ?

Rien n’empêche de conclure un protocole transactionnel postérieurement à la mise en œuvre d’une rupture conventionnelle.

En pratique néanmoins, l’intérêt apparaît limité dès lors que, pour la Cour de cassation, la transaction doit donc uniquement porter dans cette hypothèse sur un litige relatif aux modalités d’exécution du contrat de travail et ne peut donc régler un différend portant sur la rupture du contrat.

Voilà, maintenant, vous savez tout ! Mais si vous vous voulez des précisions, vous pouvez nous contacter ou contacter Mathieu BRULE (Avocat – 10, rue des Trois Croissants – 44000 Nantes / Tél : 02 85 52 30 53).

Bilan de 2020 chez externatic !

Bilan de 2020 chez externatic !

Après une année 2020 (très) particulière à tous les niveaux, il est l’heure pour nous d’en tirer le bilan. Entre recrutements, apéros et confinements, récap d’une année pas comme les autres…

Avant de démarrer 2021, nous voulions revenir, en images et avec quelques chiffres, sur ce qu’a été 2020 pour nous ⬇️

2021 s’annonce déjà pleins de promesse, alors, démarrons la ensemble ! Pour ça, découvrez nos offres d’emplois.

Interview team externatic : Vincent Crochard

Interview team externatic : Vincent Crochard

Vincent Crochard est consultant en recrutement sur Nantes, il est en alternance chez nous depuis un peu plus d’un an. On a été lui poser quelques questions pour que vous appreniez à le connaître ! Découvrez son interview.

Vincent Crochard, consultant en recrutement informatique sur Nantes

Comment ça va ?

Ca roule, ça va très bien !

vv

Comment se passe le confinement pour toi ?

Beaucoup mieux que le premier car je me suis mieux organisé. J’ai une pièce dédiée pour bosser, avec un double écran, c’est beaucoup plus confortable. Bon, je suis en plein déménagement, donc je jongle un peu entre le boulot et les cartons mais ça le fait !

vv

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

Serviable/humain, parce que j’aime rendre service, j’essaie d’être toujours très à l’écoute et disponible pour ceux qui en ont besoin.

Passionné, par la technologie et la technique beaucoup, et aussi par ce que je fais.

Enfin, je dirais Vif, parce que j’aime quand il y a de l’action, du mordant et du punch dans mon quotidien.

vv

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin ?

La nouveauté, le changement, faire en sorte que ça ne soit pas pareil tous les jours, ça me motive. J’ai aussi besoin de vivre en communauté, voir du monde, échanger, déconner, raconter ma vie. Le contact humain, que ce soit au bureau, ou en allant boire un verre avec des potes, c’est important pour moi.J’ai aussi une phrase que je dis toujours: “Un jour de plus au paradis”. Je l’aime bien parce que ça peut être utilisé au premier degré si tout va bien ou ironiquement quand tout va un peu de travers.

vv

C’est quoi cet objet sur ta photo, dis nous tout ?

J’ai pris un pomme croquée parce que je suis fan de technologie depuis l’adolescence et surtout des produits Apple. Je suis passionné par ça, j’adore me renseigner dessus, je m’essaie même à la programmation… J’essaie d’être à la pointe de la techno, donc c’est pour ça que j’ai choisi ça pour ma photo.

vv

Le meilleur aspect du travail chez externatic ?

Tu accompagnes des entreprises, tu les aides à trouver les bonnes personnes pour des projets importants pour eux. En faisant ça, tu prends vraiment part à la dynamique de l’entreprise.

Et de l’autre côté, sur le positionnement du candidat, écouter une personne et sa situation. Je fais tout mon possible pour être leur défenseur, défendre leur valeur ajoutée auprès d’entreprises chez qui ils auraient du sens à travailler. Donc, le fait d’aider les autres, c’est ce qui me plaît.

vv

Si tu devais donner un conseil à une personne qui se lance ?

Savoir ce que l’on veut, en termes de salaires, localisation, évolution… Soigner son CV aussi, que ce soit sur le fond et la forme, c’est important de sortir des lignes. Sinon, je leur conseille de m’appeler aha.

vv

Pourquoi te choisir toi et pas quelqu’un d’autre ?

C’est difficile parce qu’il y a des gens plus seniors que moi dans le métier. Mais je me défendrais en disant que je sais être cash, franc, et c’est ce franc parler qui créera un contact rapidement et nous fera bien travailler ensemble.

vv

Si tu pouvais dîner avec une seule personne, qui choisirais-tu ?

Elon Musk, pour les aspects entrepreneuriat, innovation et gestion de boîtes. C’est quelqu’un qui crée beaucoup de choses et qui pèse pas mal. Tu sens que ça fuse chez lui donc j’aimerais beaucoup le rencontrer et lui parler d’entrepreneuriat, ce que j’aimerais bien faire plus tard !

vv

Pour finir, tu peux nous faire une recommandation, d’un film, livre, série que tu as apprécié récemment ?

Le Jeu de la Dame, sur Netflix, c’est la dernière série que j’ai kiffé. Sinon, Dark, même si c’est un peu compliqué c’est trop cool, il faut passer le cap de rentrer dedans mais franchement ça vaut le coup.

Interview team externatic : Stéphanie Lagand

Interview team externatic : Stéphanie Lagand

Stéphanie Lagand est experte RH, spécialisée en marque employeur et expérience employé avec son service Keep & Attract. Elle supervise aussi une partie de la communication chez nous. Mais, donnons lui la parole tout de suite dans cette interview !

Comment ça va ?

Bien, mes journées sont plutôt occupées en ce moment avec une fin d’année bien remplie et plusieurs nouveaux clients. Mais, on ne va pas se mentir, j’ai hâte de me reposer.

vv

Comment se passe le confinement pour toi ?

Pour moi, ça va honnêtement. Ça me manque de passer au bureau, de voir l’équipe… Mais au final, mon boulot est plutôt solitaire quand je ne suis pas chez le client donc je ne fais pas partie des plus impactés. Je suis chez moi, à Nantes parce que j’ai mon petit qui va à l’école donc on est resté en famille. Pour le business, je vois quand même des clients en physique (en étant très vigilante) donc c’était important de rester disponible.

vv

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

En premier, je dirais Énergie, apparemment j’en dégage pas mal quand je suis là, en tout cas, c’est ce qu’on me dit.

Optimisme, parce que je fais partie des gens qui se laissent pas trop atteindre par l’ambiance quand elle est négative. J’essaie de toujours voir ce qu’il y a de bien. 

Solution, parce que je n’aime pas qu’on me dise que ce n’est pas possible (encore plus sans me donner de raison!). Je sais qu’il y a toujours des solutions et moi, j’ai toujours envie de les trouver. C’est pour ça que je peux avoir du mal avec les gens trop négatifs, même si je sais travailler avec eux, ça peut être plus difficile pour moi. 

vv

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin ?

Le sport ! J’en fais tous les matins, ma journée commence toujours par un peu de sport (course, gainage, yoga…). La famille aussi, j’ai la chance d’être bien entourée donc c’est agréable au quotidien.

Et, enfin, le boulot, surtout quand j’ai des défis. Si, avec un client, je dois structurer et faire une stratégie, ça m’intéresse beaucoup et ça me donne envie de m’y mettre.

vv

C’est quoi cet objet sur ta photo, dis nous tout ?

Alors, cet objet, c’est ma médaille de bronze que j’ai obtenue aux championnats de France d’aviron, en 2008. J’ai fait ce dernier championnat avec mon équipage avant de partir au Canada et on a fini 3e. 

On était outsider, pas attendues à ce niveau malgré notre première place en régionale et on a réussi à monter sur le podium parce qu’on n’a pas lâché et j’aime le symbole derrière cette course. On a rapidement été dans le peloton de tête de la course et on s’est retrouvées dans la bataille pour la 3e place avec Bordeaux, pendant longtemps, on se dépassait l’un l’autre et, un moment, j’ai gueulé un peu (c’est pas souvent !), ça a mis un coup de boost à toute l’équipe, qui s’est surpassée pour faire l’effort supplémentaire qui nous a fait passer devant sur la ligne d’arrivée. Et ce moment là, je peux le comparer à une expérience de management, quand tu sens que l’équipe est derrière toi et soudée vers un objectif commun, qu’on est tous ensemble, tout est beaucoup plus fluide et facile.

Je me réfère donc souvent à cette médaille et à tout ce qu’elle représente. Quand j’ai des difficultés, je me dis que j’ai pu la gagner et ça me rebooste !

vv

Le meilleur aspect du travail chez externatic ?

C’est jamais la même chose, et ça ne peut pas être la même chose !

Dans mon métier, tu ne peux pas calquer une solution telle qu’elle. Chaque client est unique et a ses problématiques. Donc, tu dois te réadapter pour être bon et pertinent dans ce que tu proposes.

vv

Si tu devais donner un conseil à une personne qui se lance ?

Ne pas lâcher, rester confiant dans ses capacités et se faire confiance.

Également, prendre le temps d’échanger. Car on est meilleurs en équipe, échanger permet d’ouvrir les horizons et les perspectives. 

Enfin, partager en toute humilité et écouter les autres, quels qu’ils soient, tout le monde peut avoir un avis ou une remarque qui te fera évoluer.

vv

Pourquoi te choisir toi et pas quelqu’un d’autre ?

Parce que je suis sans détour avec le client, je suis cash et très concréte. Je leur explique rapidement ce qui va se passer. Je les projette dans l’accompagnement que je leur offre. Ma différence c’est que j’ai beaucoup d’observations de terrain, une expérience pratique et notamment nord américaine, par mes 9 années passées au Canada, qui fait la différence sur le marché. Beaucoup de gens restent trop sur le concept, les clients veulent entendre des choses simples.

vv

Si tu pouvais dîner avec une seule personne, qui choisirais-tu ?

Comme ça, je dirais l’écrivain Olivier Adam. Je suis assez fan de lui, il a une maison à St Malo, donc, je me verrais bien prendre un café avec lui devant la mer pour parler de ses livres et de sa vie, qui a l’air passionnante.

vv

Pour finir, tu peux nous faire une recommandation, d’un film, livre, série que tu as apprécié récemment ?

Un film me vient en tête : Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Je le trouve incroyable, il m’a vraiment mis les frissons et marqué à vie. Il a une ambiance particulière et amène à réfléchir sur des problématiques de la vie quotidienne avec une certaine poésie.

5 bonnes raisons de venir travailler en Vendée

5 bonnes raisons de venir travailler en Vendée

Nous vous en avons parlé il y a quelques semaines, nous avons des bureaux à La Roche-sur-Yon. Et si, vous, qui nous lisez, avez encore quelques doutes avant de venir travailler en Vendée, laissez-nous vous donner 5 raisons d’y aller !

1. La belle vie

Vivre en Vendée, c’est la nature, mais c’est aussi, et surtout, le bord de mer. Sur la côte Atlantique, on retrouve des plages parmi les plus belles en France, de Noirmoutiers à St Jean de Mont, vous pourrez vous baigner dans un cadre magnifique. Mais, même sans être en bord de mer, vous n’en êtes jamais loin. Avec la Vendée, vous choisissez aussi la tranquillité, une vie plus calme, sans les bouchons et l’agitation constante d’une métropole.

vv

2. Pas un territoire mort !

Ne confondez pas tranquillité et inactivité. Entre les pôles de La Roche sur Yon, les Sables d’Olonne ou les Herbiers, la Vendée possède plusieurs zones d’activités diverses (start-up, industries…). Et elle ne se limite pas qu’à une métropole qui concentre toute l’activité. 

La vie culturelle n’est pas en reste, avec le Vendée Globe et son village départ aux Sables d’Olonne. Une vie associative organise des festivals comme celui de Poupet ou des Z’eclectiques… 

Et enfin, le milieu tech y a aussi sa place. On retrouve des évènements comme la coupe de France de la Robotique, l’université d’été du THD ou l’Innovation week. !

vv

3. Avec du travail

La Vendée bénéficie d’un marché de l’emploi dynamique. Un tissu industriel avec d’importantes DSI (ShowroomPrive.com, Sodebo…). Mais aussi un univers tech développé et beaucoup de start-ups. Depuis un an, nous avons fait plus de 15 recrutements et nous en prévoyons le double l’an prochain.

vv

4. Une terre de projets

Ce tissu tech dont on a parlé plus haut regorge également de personnes ambitieuses, et de solutions pour booster vos projets. Pour accélérer votre start-up, il y a La French Tech Vendée, La Cabine, la Loco Numérique. Nous connaissons bien cette dernière, qui accueille nos bureaux à la Roche-sur-Yon depuis quelques mois !

vv

5. Devenez proprio

Enfin, pour vous installer, vous bénéficiez d’un marché de l’immobilier qui ne vous endette pas jusqu’au cou. En effet, le prix du m2 est plus de deux fois inférieur à celui d’une métropole. Vous trouverez le logement de vos rêves là- bas, alors, n’attendez plus !

En attendant, si vous souhaitez trouver votre job dans l’IT en Vendée, contactez Alexandre Urien ou regardez nos offres.

Eléonore Bocquet annonce son départ, retour sur ces 5 ans passés ensemble !

Eléonore Bocquet annonce son départ, retour sur ces 5 ans passés ensemble !

Elle l’a annoncé en début de semaine, Eléonore Bocquet part, après 5 ans, découvrir de nouveaux challenges… Afin de terminer en beauté, on a été la voir pour revenir sur ces cinq années passées ensemble.

Déjà, comment ça va ?

Bien, je suis dans un contexte de sérénité et d’optimisme avec ce départ, c’est ma décision donc c’est plus simple comme ça. Après cinq années denses et enrichissantes, je pars dans un contexte positif, dans une situation qui ne s’est pas détériorée.

vv

Alors, ce sera quoi la suite pour toi ?

L’idée, c’était de ne pas faire un duplicata d’externatic, mais bien de faire autre chose. Donner une nouvelle perspective et de nouvelles évolutions à ma carrière. 

C’est une grande nouveauté pour moi car je vais chez un client final et je quitte le monde du conseil dans lequel j’évolue depuis plus de 10 ans.

vv

On va revenir ensemble sur ces 5 années passées ensemble. Comment a commencé externatic pour toi ?

J’ai deux histoires différentes, qui se sont croisées pour finalement arriver ici :J’ai connu Franck, j’ai bossé avec lui via un collègue de l’époque qui me l’a présenté, disant qu’on avait des intérêts communs. Puis, on se croisait beaucoup dans des évènements pro et de réseautage. C’était en 2013, on s’est tout de suite bien entendu et on échangeait beaucoup sur nos connaissances respectives (Franck plus sur IT, moi plus sur l’écosystème startup)

Mais c’est aussi venu par Benjamin, qui est un ancien collègue, on se connait depuis 10 ans… Je cherchais une nouvelle expérience et Franck m’avait déjà proposé de le rejoindre chez externatic parce que j’avais un réseau et des valeurs qui correspondaient à la boite. J’ai appris que Benjamin l’avait aussi rejoint, alors, la graine a mûri et, un jour, en allant boire un verre (il n’y a pas de hasard dans la vie..) je tombe sur Franck. Il me reparle d’externatic et je décide de les rejoindre quelques temps après. Je suis arrivée quatrième dans l’histoire de l’entreprise ! 

vv

Comment se sont passés les débuts ?

Quand j’ai commencé, l’idée, c’était de devenir, à terme, associée si ça se passait bien. C’était un pari assez fou car je ne venais pas trop du recrutement, je ne connaissais pas les ESN… Mon profil était assez atypique dans le milieu. J’ai été formée sur le tas, j’ai dû tout apprendre en faisant et pour ça, je ne remercierais jamais assez Franck et Benjamin.

C’était un contexte d’émulation hyper fort, il y avait de la pression, forcément, mais beaucoup de confiance de leur part et d’investissement de la mienne. Et les résultats ont suivi, après quelques mois, ils ont confirmé ma période d’essai, ça m’a donné un coup de boost et ça a vraiment été des super moments, beaucoup de travail, beaucoup de réseau… 

vv

Quelle est ta plus grande fierté/ton plus grand accomplissement ?

Mon premier souvenir très marquant, c‘est mon premier recrutement ! Je partais de loin car, quand Franck m’a proposé de venir, je lui ai dit “Tu as conscience que je n’ai pas de notions en IT ?”, il m’a dit que c’était pas grave, que j’avais toutes les qualités qu’il fallait et que la technique “ça s’apprend”.. 

Ils m’ont donc formé et je me mettais une grosse pression, jusqu’à ce qu’un vendredi soir, en attendant le tram, je reçu un appel d’un client qui me confirmait le recrutement. J’étais hyper contente, pour lui, pour moi, pour la boite, j’en pleurais presque ! En un mois et demi, j’ai réussi à me former sur l’IT, sur l’entreprise et à faire un recrutement, ça a lancé le truc, et ça m‘a donné beaucoup de confiance pour la suite.

vv

Quels ont été le(s) moment(s) les plus marquant(s) ?

Des moments marquants, il y en a eu… Notamment des moments collectifs, ceux qui forgent une expérience. Ils peuvent être heureux ou non d’ailleurs, mais ils créent du lien. Je retiens surtout les moments de déconne, pendant qu’on bosse, on va rigoler un bon coup sur ce qui vient de se passer (un entretien…). Et ce fun, c’est ce qui fait que tu es content de bosser avec tes collègues. 

Il y a aussi les moments de pauses, d’apéro, c’était très fort et ça nous a beaucoup cimenté au début. Ca peut paraitre stupide à dire, mais cet esprit de déglingue, de déconne, ça fait partie de nous, on a plaisir à le faire et ça marque les gens.

Dans les moments moins drôles, l’incendie de la Cantine a été une période très triste et marquante pour tous, mais qui nous a malgré tout rapproché, nous avons su nous relever et renaître de nos cendres ! Je me souviens de l’élan de solidarité globale à la suite du drame, qui était très beau.

Enfin, je dois parler du voyage à Lisbonne, c’était notre premier séminaire, on était fier de pouvoir s’offrir ça ! Le voyage nous a offert pleins d’anecdotes dont on rigole encore aujourd’hui.

vv

Qu’est ce que t’as apporté, plus globalement, externatic ?

Je dirais que ça m’a permis de cultiver un réseau d’entreprises. De savoir ce que c’est de passer associée d’une entreprise, avec ses bons et mauvais côtés. J’ai pu aussi beaucoup monter en compétences dans l’IT. 

Au contact quotidien de Franck, j’ai pris conscience de la difficulté d’être chef d’entreprise, du niveau de responsabilité que ça pouvait demander. Enfin, je peux dire que j’ai participé à la croissance d’une boîte depuis le tout début (ou presque) jusqu’à son niveau actuel, et c’est une super aventure !

vv

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à quelqu’un qui arrive ?

Échanger avec les autres, c’est un enjeu important, encore plus fort aujourd’hui avec une majorité de travail à distance. 

Arriver avec beaucoup d’humilité, pour être un peu philosophe : “Tu sais parce que tu ne sais pas”. C’est pas parce que tu viens de ce monde là que tu vas réussir, il faut savoir aller vers les autres, poser des questions…Enfin, gérer les priorités, tu auras beaucoup d’informations, il ne faut pas se laisser submerger et réussir à trouver un équilibre entre ton objectif et ton épanouissement.

vv

Quel regard portes-tu sur l’évolution de la boîte depuis ton arrivée ?

J’ai l’impression d’avoir connu une époque, je vois que l’entreprise a beaucoup grandi et évolué, ce qui est super. J’ai eu la chance de la voir se développer au quotidien (arrivées, départs…) et je suis fière de ce qu’elle est aujourd’hui, l’avenir réserve de belles choses que j’aurai plaisir à suivre.

vv

Une anecdote que tu pourras raconter longtemps ?

Il y a eu beaucoup de moments, surtout au début, où j’étais tellement larguée techniquement que ça en devenait presque risible. J’ai appris depuis et on peut en rire maintenant, mais c’était assez insolite sur le moment.

Mais s’il faut retenir une anecdote, c’était au retour du séminaire d’ibiza. On a fait une escale à Barcelone et on a raté notre avion. Donc, la nuit sur place, dans un hôtel à 1h de l’aéroport. On était tous crevé parce qu’il n’y avait pas eu énormément de sommeil pendant le séminaire (12h en 4 jours pour ma part). Et le lendemain matin, on partait en bus vers l’aéroport, il ne fallait pas être en retard mais je ne me suis pas réveillée. Tout le monde était assis prêt à partir et ils se sont aperçus que je n’avais pas répondu à l’appel. Forcément, je dormais, alors Benjamin m’appelle et me réveille, j’ai du me lever d’un coup et courir alors que j’étais crevée et arriver au dernier moment en catastrophe dans le bus… C’était un bon coup de stress, qui fait bien rire tout le monde maintenant.

vv

Merci pour tout ce que tu as fait, un dernier mot avant de partir ?

Je souhaite une longue vie à externatic. Je passe à un nouveau stade de ma carrière et la boite aussi continue à évoluer. J’espère, en toute modestie, que ce que j’ai pu apporter, ma singularité laissera une part d’ADN dans l’entreprise.

Et j’espère que les gens continueront de faire attention à leur orthographe…

Les tendances du recrutement informatique en 2020

Les tendances du recrutement informatique en 2020

Malgré un contexte sanitaire difficile, le marché de l’informatique est resté dynamique et de nombreux recrutements ont pu être faits (plus de 220 pour nous). Découvrons ensemble les tendances du recrutement informatique en 2020.

Les profils les plus recrutés en 2020

Nous avons constaté que beaucoup sont intéressés par notre baromètre des salaires, nous avons donc voulu pousser l’analyse un peu plus loin et regarder quels profils ont été les plus recrutés cette année par externatic.

Graphique des profils les plus recrutés. En 1er, les développeurs, en 2e, les chefs de projet puis les admin sys/devops en 3e place.

Sur 2020, les développeurs sont les profils les plus sollicités et les plus recrutés. Ensuite viennent leurs responsables techniques, les chefs de projet, ceux qui accompagnent les équipes pour mener à bien les missions. Enfin, nous avons une égalité pour la troisième place, avec les profils Admin Sys/DevOps. Ce dernier métier est très en vogue et a connu une forte progression cette année.

Quels secteurs recrutent le plus dans l’informatique ?

Nous avons remarqué que trois secteurs se sont détachés cette année dans les tendances de recrutement. D’abord, la data, beaucoup d’entreprises se tournent vers la méta-donnée et cherchent à savoir comment la récupérer, la traiter et l’exploiter. Puis, la sécurité, qui répond au besoin de protection numérique dans un monde toujours plus connecté. Enfin, le e-commerce, qui était déjà en expansion et que la crise du Covid a fait exploser. 

Quelles technologies sont les plus utilisées en 2020 ?

Les technologies les plus recrutées en 2020. En 1er, JAVA, suivi du JavaScript/TypeScript et du C++

A noter : pour les profils fullstack (back + front), nous avons choisi de ségréguer les données par la technologie backend maîtrisée. La catégorie JS, intègre donc les profils front et fullstack JS.  

Entre Rennes, Nantes, et Bordeaux, c’est clairement le Java qui l’emporte car c’est un langage historique qui s’adapte aussi bien au web qu’au monde industriel. Le grand Ouest possède un vivier important de candidats qui essaiment la technologie au sein des entreprises de la région. 

Ensuite, c’est le JavaScript / Typescript qui vient en second, car, si divers langages sont utilisés sur la partie back-end, une majorité d’entreprises  utilisent JavaScript / Typescript pour le front-end. 

Ensuite, c’est le C++ qui arrive en force, très demandé pour le développement des applications embarquées notamment. 

Puis le PHP, beaucoup utilisé et sollicité dans l’écosystème numérique et web.

Nous avons aussi constaté que la partie mobile est très demandée, une partie sur laquelle on accuse un manque de profils iOS, Android et Hybrides (React Native / Xamarin / etc.). Ainsi, malgré un nombre de demandes importantes, on constate un faible nombre de recrutements. En tendance, nous voyons arriver des technologies, comme Flutter, que Yann Huriez est venu nous présenter. Nous pensons que cet outil va vite devenir une compétence importante à maîtriser.

Interview team externatic : Mathieu Debroise

Interview team externatic : Mathieu Debroise

Mathieu Debroise est consultant en recrutement IT et web sur Nantes et Angers chez nous depuis 4 ans, c’est aussi lui qui s’occupe d’une partie du marketing et de la communication. Dans cette interview, découvrez tout, et même un peu plus sur lui en quelques questions !

Visuel de Mathieu Debroise, consultant web et CMO à Nantes et Angers

vv

Salut Mathieu, déjà, comment ça va ?

Bien, j’ai la forme, c’est parfait !

vv

Comment se passe le confinement pour toi ?

Mieux que le premier car mieux organisé, les enfants sont à l’école et j’ai un nouveau bureau avec un double écran ! Donc tout se passe bien, et au niveau des recrutements aussi. C’est une année spéciale forcément mais j’arrive à composer avec, même si le lien social (physique) avec les collègues me manque…

vv

Si tu devais te décrire en 3 mots ?

Sociable, j’aime bien partager avec les autres, travailler en équipe et puis, j’aime pas être trop longtemps seul donc sociable, ça me correspond bien.

Calme, parce que je suis quelqu’un de posé, qui prend le temps de faire, tout simplement.

Passionné, car j’adore mon métier, j’adore les nouvelles technos et le monde de l’IT en général. J’aime aussi le côté humain et relationnel, le fait de découvrir chaque jour des parcours et des personnalités différentes.

vv

Quelles sont tes motivations, ce qui te fait te lever le matin ?

Relever des nouveaux challenges, me dire “Allez, j’ai une nouvelle demande de recrutement et je vais trouver le meilleur candidat pour l’entreprise que j’accompagne”. Et aussi le côté collectif, travailler pour la réussite de l’entreprise, qu’on soit visible et reconnu par notre approche sur le marché. Montrer qu’on est professionnel (spécialiste de l’IT) et à l’écoute des candidats, c’est important.

vv

C’est quoi cet objet sur ta photo, dis nous tout ?

Image de Mathieu Debroise tenant des cartes

Sur ma photo, j’ai des cartes pour deux raisons. D’abord, parce que je suis magicien (amateur) parfois, surtout pour faire rigoler les copains le weekend. Mais ces cartes ont aussi un petit historique avec notre séminaire de Lisbonne, c’est une anecdote qu’on gardera secrète…

vv

Le meilleur aspect du travail chez externatic ?

Je dirais l’autonomie, la responsabilisation et l’équilibre vie pro/perso

L’autonomie et la confiance nous permettent de développer notre activité de façon assez libérée. La structure est à taille humaine ce qui permet d’être force de proposition et mener des projets sur des sujets qui nous tienne à coeur et où nous sommes plus spécialisés (RH, juridique, marketing…). C’est vraiment agréable d’être libre dans son travail, ça permet de pouvoir innover, se renouveler et d’allier un bon équilibre vie pro/perso.

vv

Si tu devais donner un conseil à une personne qui se lance dans sa recherche d’emploi?

Travailler son réseau, c’est hyper important. Ne pas hésiter à solliciter, aller démarcher des entreprises, les questionner pour connaître leur parcours, leur demander des conseils… S’inscrire à des newsletters pour être informé, participer à des événements pour se faire connaître et échanger avec des personnes du même domaine. Les réseaux sociaux sont importants aussi en complément mais le contact réel (quand il est possible), c’est ce qui marche le mieux !

vv

On va inverser les rôles, pourquoi on te choisirait toi et pas un autre ?

Ahah, alors, je recommanderais de choisir externatic parce que chez nous on adore nos candidats et échanger avec eux, on veut voir plus loin que le CV et des mots clés. C’est-à-dire écouter le parcours du candidat, son vécu, ses expériences, son projets pro. Au-delà du CV et des compétences techniques, on va chercher à valoriser aussi une personnalité et ce que peut apporter en plus un candidat et pourquoi il pourra correspondre aux besoins de l’entreprise.

Et je me recommanderais parce que j’aime aider les autres, j’ai du plaisir à faire mon travail, et à le faire bien. Réussir à trouver le poste idéal pour un candidat ou le meilleur profil pour une entreprise c’est très challengeant et motivant.

vv

Si tu pouvais dîner avec une seule personne, qui choisirais-tu ?

Manu Chao. C’est de la musique festive, qui respire le soleil. C’est un chanteur qui a voyagé partout dans le monde, qui est engagé pour des causes environnementales, qui lutte contre la pauvreté… J’ai eu la chance de faire deux de ses concerts et c’était les meilleurs de ma vie. Donc, comme je pense qu’en ce moment, on a besoin de positif et de soleil, j’irais bien prendre un mojito et jouer de la guitare au soleil avec lui 🙂

vv

Pour finir, tu peux nous faire une recommandation, d’un film, livre, série que tu aimes particulièrement ?

L’auberge espagnole, pour quelques raisons personnelles. Le mélange des nationalités et des cultures je trouve très enrichissant. Ce film, c’est un classique pour moi. les acteurs, la bande son… Et ça me rappelle plusieurs voyages à Barcelone en plus !

Les 5 commandements de la réduction des déchets, par externatic

Les 5 commandements de la réduction des déchets, par externatic

Chez externatic, la réduction des déchets est une cause importante car nous avons tous une sensibilité pour l’environnement. C’est pour ça qu’on vous présente aujourd’hui nos 5 commandements pour vous aider à réduire vos émissions de déchets.

1. Moins de papier, tu utiliseras

Au quotidien, nos consultants travaillent avec les CV des candidats, puis les reçoivent en entretien pour les guider dans leur recherche d’emploi. Tout ça pourrait générer beaucoup d’impressions, mais on est passés au tout numérique. Comme le précise Sabrina, Je n’imprime plus les CV, j’ai économisé des classeurs et des ramettes de papier, je n’allume même plus l’imprimante !

Sur leurs tablettes, les consultants ont accès au CV du candidat, peuvent prendre des notes comme sur une feuille classique. Autrement dit, comme avant, le papier en moins.

2. Tes courses, avec attention, tu feras

Lors de nos achats alimentaires, nous pouvons fortement diminuer notre empreinte écologique en faisant attention à nos achats. “Privilégier le vrac dès que c’est possible”, nous dit Vincent, se fournir via des circuits courts permet aussi de soutenir les producteurs locaux. Pour réduire le gaspillage alimentaire, notre client ZeroGachis invente des solutions anti gaspillage. Pour des produits locaux, des initiatives comme ViteMonMarché à Nantes où LesPtitsCageots à Bordeaux facilitent une consommation plus responsable.

3. D’occasion, tu achèteras

“Ma philosophie tend vers le minimalisme”, c’est comme ça que se décrit Lucie. Et pour diminuer ses achats, ou du moins, acheter mieux, l’un des outils, c’est la seconde main. Il y a Vinted ou LeBonCoin, que l’on ne présente plus. Mais vous pouvez aussi utiliser l’entraide entre particuliers. Pour les vêtements de vos enfants, nos amis de chez Il était plusieurs fois offrent une alternative responsable et pratique. Mais si vous voulez réparer un équipement usager, emprunter du matériel, notre client Allovoisins a créé une plateforme d’entraide dédiée ! L’objectif reste le même : éviter la surconsommation.

4. La voiture, au garage, tu laisseras

Réduire ses déchets, ça peut se faire au travail, chez soi, mais aussi sur le chemin. Chez externatic, pour venir au bureau (quand c’était possible), on privilégie toujours au maximum les mobilités douces : Benjamin et Franck viennent à vélo, Yvonnick et Mathieu à trottinette, Thomas, Alexandre, Sandra et Ando prennent les transports en commun… Vous l’avez compris, ne pas utiliser sa voiture, c’est réduire son impact sur la planète.

5. A tes enfants, tu transmettras

Enfin, pour les parents qui nous lisent, vous pouvez, en plus d’appliquer tous ces (super) conseils au quotidien, les transmettre. “Couper l’eau, jeter les déchets à la poubelle, porter un pull plutôt que d’allumer le chauffage”, tous ces petits gestes, Eléonore les rappelle à ses enfants pour les sensibiliser à la cause universelle qu’est la protection de la planète. Elle nous appartient tous, mais on ne veut pas laisser pour morte aux générations futures. 

vv

On espère avoir pu vous être utile avec les conseils de notre équipe. Ce qu’il faut retenir, c’est que l’écologie est l’affaire de tous, et que c’est ensemble que l’on gagnera ce combat, au travers de ces petits gestes du quotidien.